Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Le crabe bleu de Tunisie dénommé "Daech" devenu proie prisée

Tunisie

Les pêcheurs du sud tunisien ont surnommé ce redoutable prédateur marin “Daech”, en référence à l’acronyme arabe du groupe Etat islamique. Mais, désormais, le crabe bleu est à son tour en train de devenir une proie.

Présente notamment dans l’océan Indien, le Pacifique et la mer Rouge, cette étrille aux pattes bleutées est apparue fin 2014 dans le golfe de Gabès (sud-est) et a rapidement proliféré, ayant trouvé sur ce littoral un environnement favorable et une nourriture abondante.

“Ces crabes sont “rapidement devenus une malédiction (…). Ils dévorent les bons poissons”, daurade, loup, rouget et cisaillent les filets, explique Jamel Ben Jemaa Zayoud, pêcheur sur l‘île de Djerba.

La situation est en train de se renverser: en 2017, l‘État tunisien a lancé un plan pour exploiter et valoriser le redoutable crustacé.

Des pêcheurs ont été formés pour attraper ce crabe et le ministère subventionne le prix d’achat: pour un kilo pêché et vendu en moyenne 1,8 dinar (55 centimes d’euro), l‘État verse 600 à 800 millimes supplémentaires (entre 18 et 24 centimes d’euro).

La Tunisie a produit 1.450 tonnes de crabe bleu sur les sept premiers mois de 2018, selon le ministère de l’Agriculture, pour une valeur de neuf millions de dinars (environ trois millions euros).

Voir plus