Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Afrique du Sud s'intéresse au pétrole iranien

L'Afrique du Sud s'intéresse au pétrole iranien

Afrique du Sud

<p><strong>Le président sud-africain Jacob Zuma effectuera une visite officielle de deux jours en Iran pour des entretiens avec les autorités iraniennes, a déclaré la présidence sud-africaine dans un communiqué publié lundi.</strong></p> <p>Le voyage de Zuma vient à un moment où l’Afrique du Sud est confrontée à une crise économique. Le pays est en quête de possibilités pour renforcer sa coopération avec l’Iran dans le secteur de l‘énergie.</p> <p>En novembre 2015, le vice-président sud-africain Cyril Ramaphosa, en tête d’une délégation commerciale, a effectué une visite de trois jours en Iran. Le but était de discuter des possibilités de coopération dans le secteur de l‘énergie.</p> <p>Ramaphosa a signé trois protocoles d’entente (PE) avec le premier vice-président Iranien Es’haq Jahangiri. Les deux pays, sur la base des documents, ont convenu de créer un centre d‘échange d’informations pour lutter contre le blanchiment d’argent. Ils ont également décidé de créer des marchés communs et d‘élargir la coopération technique et économique.</p> <p>L’Afrique du Sud souhaite reprendre les importations de pétrole en provenance d’Iran. Téhéran était le principal fournisseur du pays jusqu’en 2012, lorsque les sanctions occidentales se sont accrues. L’Arabie Saoudite lui a depuis ravi la place.</p> <p>Jacob Zuma prévoit construire une raffinerie de pétrole supplémentaire, qui utiliserait le brut iranien. Cette raffinerie renforcera la provision locale de pétrole et réduira la dépendance sud africaine à l‘égard des entreprises étrangères. Petro SA, qui appartient à l’Etat, a proposé de construire la nouvelle usine sur la côte sud à Mossel Bay.</p> <p>L’Afrique du Sud est aux prises avec une crise financière liée à une surabondance mondiale de produits de base. La demande chinoise de refroidissement et la décision de la Réserve fédérale des Etats-Unis d’augmenter les taux d’intérêt ne sont pas de nature à arranger les choses.</p> <p>La monnaie sud-africaine, le rand, a chuté de près de 27 % rapport au dollar américain l’année dernière et de plus de 50 % depuis 2009.</p>
Voir plus