Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye : HRW demande à la CPI d'enquêter sur l'utilisation des mines

Libye : HRW demande à la CPI d'enquêter sur l'utilisation des mines
Photo d'archive du 7 juin 20008 - l'armée libyenne fait exploser une mine terrestre lors d'une opération de déminage près de la ville de Tubruq.   -  
Copyright © africanews
Abdel Magid Al Fergany/AP -

Libye

Human Rights Watch a demandé mardi à la Cour pénale internationale d'enquêter sur les allégations d'utilisation de mines terrestres en 2019 par des paramilitaires russes combattant en Libye.

Selon l'organisme de surveillance basé à New York, de nouvelles données ont émergé des groupes de déminage libyens liant les mercenaires du groupe russe Wagner à l'utilisation de "mines interdites" en Libye lors d'une offensive des forces libyennes basées dans l'est du pays, tentant de reprendre la capitale Tripoli aux milices rivales.

4 types de mines interdites ont été utilisées par les forces de Wagner et Haftar. Les groupes d'action contre les mines travaillant à Tripoli et HRW n'ont pu identifier durant le conflit de 19-20. Les mines sont similaires à celles utilisées par la Russie en Ukraine.

Le groupe Wagner a soutenu l'offensive des forces basées à l'est, dirigées par le commandant Khalifa Haftar, qui était également soutenu à l'époque par les Émirats Arabes Unis, l'Égypte et la Russie. L'offensive de Haftar s'est effondrée au printemps 2020, lorsque la Turquie et le Qatar ont intensifié leur soutien militaire à ses rivaux dans l'ouest de la Libye.

La Libye a plongé dans la tourmente après qu'un soulèvement soutenu par l'OTAN en 2011 ait renversé le président Mouammar Kadhafi, qui a ensuite été tué. Depuis des années, le pays est divisé entre des administrations rivales, chacune soutenue par différentes milices et puissances étrangères.

Lama Fakih, directeur de HRW pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, a déclaré qu'une enquête "transparente et internationale" était nécessaire pour examiner l'utilisation de mines terrestres autour de Tripoli.

L'organisation a indiqué qu'un groupe de déminage du ministère de la Défense basé à Tripoli a signalé que les mines et autres munitions explosives ont tué au moins 130 personnes et en ont blessé 196, pour la plupart des civils, entre mai 2020 et mars 2022 dans la banlieue sud de Tripoli.

HRW a mentionné une tablette laissée sur un champ de bataille libyen par un mercenaire Wagner, qui contenait des cartes indiquant l'emplacement de 35 mines antipersonnel non marquées. La tablette a été obtenue par la BBC au début de 2021. Un groupe d'experts de l'ONU a déclaré plus tôt cette semaine qu'il considérait que l'appareil était authentique.

Voir plus