Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Maroc : début de la campagne électorale avant les législatives du 8 sepetmbre

Maroc, 2016, Parti de la justice et du développement.   -  
Copyright © africanews
Abdeljalil Bounhar/Copyright 2016 The Associated Press. All rights reserved.

Maroc

Rassemblement politique limité à 25 personnes, pour la campagne électorale qui a débuté au Maroc ce jeudi pour les élections législatives et régionales.

Pour la première fois, près de 18 millions de Marocains, sont appelés à voter le même jour pour élire les 395 députés de la Chambre des représentants et plus de 31 000 élus communaux et régionaux. Plusieurs partis sont en lice dont le Parti du progrès et du socialisme, lors des législatives de 2016, il avait obtenu 12 sièges. Cette année, son président espère faire mieux.

Un peu partout dans le monde, mais au Maroc également, il y a un désaveu à l’égard de la politique, il y a un désespoir dans les rangs notamment des jeunes, nous nous souhaitons qu'il y ait une participation massive, les jeunes que vous voyez ici les femmes que vous voyez ici vont aller s'adresser d'abord à ces gens-là pour faire en sorte qu'ils votent." Nabil Benabdallah, Président du Parti du progrès et du socialisme.

La deuxième force politique du pays, le Parti authenticité et modernité, est aussi en compétition pour arriver en tête du scrutin. Le Parti de la justice et du Développement, fait lui le pari de remporter les législatives pour la troisième fois consécutive depuis son arrivée au pouvoir.

Bien sûr, nous prenons en compte la pandémie dans les activités de la campagne électorale, mais l'utilisation des moyens virtuels et le contact direct avec les citoyens restent des points forts pour le Parti de la justice et du développement ainsi que pour les partis organisés. Aujourd'hui, dans cette élection, l'essentiel est que le pays gagne avec des partis forts et avec des élus qui sont honnêtes, souligne son président, Aziz Rabbiah.

Une nouvelle loi électorale, adoptée en mars, a modifié le mode de calcul du quota d'élus qui se fera dorénavant sur la base du nombre des électeurs inscrits et non des votants, une loi critiquée par le PJD.

Voir plus