Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie-Maroc : comment en sont-ils arrivés au divorce ?

Algérie-Maroc : comment en sont-ils arrivés au divorce ?
Un Algérien tient le journal d’aujourd’hui dans la capitale algérienne, le 25 août 2021.   -  
Copyright © africanews
RYAD KRAMDI/AFP or licensors

Alger

Mardi 24 août, l’Algérie a officiellement rompu toutes relations avec son voisin le Maroc. Une décision qui secoue la scène internationale et qui pourrait métamorphoser le paysage diplomatique du Maghreb.

Comment ?

Lors d’une conférence de presse, le ministre des affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra a lu une déclaration du président stipulant que "l'Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à partir d'aujourd'hui."

La décision du gouvernement algérien de couper court avec le Maroc est certes surprenante, mais toutefois pas inattendue. Au lendemain de la nouvelle, le royaume marocain a déclaré que le pays "regrette" la décision "totalement injustifiée" de l'Algérie.

Pourquoi ?

Depuis plus d’une décennie, les deux pays entretiennent des relations de voisinage conflictuelles, leurs frontières sont fermées depuis 1994. Il y a une semaine, le président algérien Abdelmadjid Tebboune déclarait que "les actes hostiles incessants perpétrés par le Maroc ont rendu nécessaire une révision des relations entre les deux pays et l'intensification des contrôles de sécurité".

Selon Ramtane Lamamra, une accumulation de griefs à l'encontre du Maroc sera à l’origine de la décision de mardi. Les critiques vont des remarques rapportées par l'ambassadeur marocain aux Nations Unies à la mi-juillet aux récents commentaires du ministre israélien des affaires étrangères sur une visite historique au Maroc dans le cadre de la normalisation de leurs liens.

"Le Maroc a transformé son territoire en une plateforme permettant aux puissances étrangères de parler avec hostilité de l'Algérie", a déclaré Lamamra. Une déclaration sans doute au regard de la remarque du ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, au Maroc ce mois-ci, dans laquelle il faisait notamment référence aux efforts de l'Algérie pour empêcher Israël d'avoir le statut d'observateur au sein de l'Union africaine.

Manifestement, les commentaires israéliens n’ont pas été agréablement accueillis par le gouvernement algérien, "depuis 1948, aucun officiel israélien n'a fait une déclaration hostile à un pays arabe de la part d'un autre pays arabe'' ajoute Ramtane Lamamra.

Fin 2020, en reconnaissant le Sahara occidental comme Marocain, les Etats-Unis ont d’autant plus fragilisé la relation déjà à couteaux tirés des deux pays. Au début de l’année, le Maroc a signé l’accord d'Abraham.

Le 7 mars 1976, les liens diplomatiques entre les deux pays avaient déjà été rompus pour la première fois par le Maroc cette-fois ci, après que Alger est apporté son soutien au Front Polisario qui revendiquait région du Sahara proclamée par Rabat.

Et après ?

Tous deux membres de la sous-région de Maghreb, et engagés au même titre dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel, le divorce entre Alger et le royaume de Mohammed VI peut vite devenir la source de problèmes diplomatiques majeures. Toutefois, rien n’est absolu, la décision de l’Algérie n’est peut-être pas définitive.

La France a récemment exhorté les deux pays à privilégier le dialogue. Dans un communiqué du ministère français des Affaires étrangères, Paris a précisé que "_la France reste naturellement attachée à l'approfondissement des liens et au dialogue entre les pays de la région, pour en consolider la stabilité et la prospérité."
_