Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Mozambique : le PAM suspend ses vols d'évacuation

Une déplacée interne de Palma trouvant refuge dans le complexe sportif de la capitale de la province du Cabo Delgado, Pemba.   -  
Copyright © africanews
ALFREDO ZUNIGA/AFP or licensors

Mozambique

Le Programme alimentaire mondial a du cesser d'évacuer les habitants de Palma par avion, en raison de la pression exercée par les combattants affiliés à l'Etat Islamique.

Le nord du Cabo Delgado, ne sera plus rallié par avion. Pour des raisons de sécurité, le Programme alimentaire mondial a suspendu ses vols d'évacuation de la ville de Palma, dans le Nord du Mozambique.

La pression exercé par les combattants djihadistes affiliés à l'organisation Etat Islamique étant trop forte , l'acheminement de l'aide, déjà limitée dans la région, est aujourd'hui de plus en plus compliquée.

"Nous avons pu évacuer 380 personnes, d'autres sont également arrivées par ferry. Le voyage en ferry dure 24 heures, et vous pouvez imaginer que les familles qui sont arrivées ici ont été témoins d'horreurs" explique Shelley Thakral, du Progamme alimentaire mondial.

"Ce que nous savons, c'est qu'environ 76 % des personnes que nous avons pu évacuer sont des femmes et des enfants. Au Cabo Delgado, il y a une malnutrition chronique depuis de nombreuses années. Nous savons déjà que 950 000 personnes sont en situation d'insécurité alimentaire. Donc, vous pouvez imaginer que la chose la priorité est vraiment que nous atteignons les personnes les plus vulnérables", ajoute Shelley Thakral.

Milliers de déplacés

Depuis que les combattants affiliés à l'organisation Etat Islamique se sont lancés à l'assaut de Palma le 24 mars, l'agence onusienne ralliait par avion la péninsule d'Afungi, quelques kilomètres plus au sud, afin d'évacuer les personnes les plus vulnérables. Depuis les camps de réfugiés de la capitale provinciale Pemba ont accueilli des milliers de personnes.

Selon l'Organisation internationale des migrations, ce seraient plus de 10 000 mozambicains qui auraient été déplacés dans cette dernière attaque. Le nombre de victimes, lui, reste pour l'instant encore inconnu.

Voir plus