Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Niger : le domicile d’un journaliste vandalisé

Le journaliste Moussa Kaka devant son domicile après l'attaque Niamey 2021   -  
Copyright © africanews
Cleared - Cleared

Niger

Jeudi, la vie reprenait timidement à Niamey, les forces de l’ordre veillaient au grain dans les rues de la capitale après les violences post-électorales de mardi et mercredi, intervenues après la publication des résultats de la présidentielle donnant vainqueur Mohamed Bazoum.

Parmi les victimes de ces violences, le journaliste Moussa Kaka dont le domicile a été vandalisé et en partie incendié jeudi matin.

Les soupçons se dirigent vers les partisans de l’opposant Hama Amadou, soutien de Mahamane Ousmane lors du second tour. Difficile pour le journaliste de comprendre les raisons de l’acharnement dont il dit être victime.

"Moi, je n’ai rien fait aux gens de Lumana [le parti de l’opposant Hama Amadou] je n’ai rien fait. Et moi, on m’envoie plus de 3 000 messages de menaces de mort, depuis deux mois. Ça ne peut pas aller, ils n’ont qu’à changer de cible, je ne suis pas leur ennemi, leur concurrent, c’est Bazoum et Issoufou, c’est pas Moussa Kaka, et même demain s’il faut faire le travail, je le ferais comme ça.", explique le journaliste.

Un engagement donc à poursuivre son combat, celui de satisfaire le droit à l’information. Correspondant de longue date de RFI au Niger, Moussa Kaka a passé près d'un an en prison, du 20 septembre 2007 au 23 juillet 2008 , accusé "de mettre en danger la sécurité de l'Etat" par ses liens supposés avec la rébellion touarègue du nord du pays.

La direction de RFI a estimé que son correspondant "a été visé en tant que journaliste". "Il s'agit d'une très grave atteinte à la liberté de la presse", a-t-elle indiqué

La Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest et l'ONU "condamnent fermement les actes de violence" au Niger et "appellent toutes les parties prenantes à la retenue". Alors que Paris a appelé l'ensemble des parties au "dialogue" et "à recourir aux voies légales pour régler tout différend", selon la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères.

Voir plus