Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Intégration financière : enjeux et défis du marché régional unifié de l'Afrique centrale

Intégration financière : enjeux et défis du marché régional unifié de l'Afrique centrale

Afrique

Ce sont six panels qui se sont succédés pour faire l‘état des lieux de la situation économique des pays de l’Afrique centrale, lors de la journée du marché financier tenue à Brazzaville au Congo.

Il s’agissait entre autres objectifs de présenter les nouvelles opportunités qu’offre le marché financier unifié de la zone CEMAC, et de promouvoir le rôle de ce marché.

Des objectifs auxquels se sont greffées des spécificités telles que la présentation de la structuration du marché régional unifié et sa contribution au financement de l’intégration régionale et les modalités de mobilisation. L’occasion a également été donnée de présenter les capacités du marché financier à créer de la valeur et à générer de la performance économique en Afrique centrale.

Il y a un potentiel qui est là, mais qui n'est pas valorisé parce que le marché n'est pas connu... (…) Et si cette action est bien connue, ça va permettre à des investisseurs de venir peut-être prendre des parts ; s'il y a d'autres investisseurs qui veulent céder au moment de la cotation...

Ce qui a permis de présenter les capacités acquises par l’institution de présenter les instruments financiers disponibles et leur adéquation aux investissements, y compris les différentes évolutions réglementaires.

L’Afrique subsaharienne francophone demeure la locomotive de la croissance africaine, selon les données fournies par la Banque mondiale dans son dernier rapport sur les « Perspectives économiques mondiales ». Mais elle reste confrontée à de multiples défis dans tous les secteurs.

‘‘Cette réforme majeure augure de jours meilleurs pour le financement de nos finances publiques, et le relèvement de nos économies, puisqu’elle consolide les avantages d’un marché financier unique, bénéficiant de nôtre solidarité en matière de ressources matérielles, financières et humaines”, a expliqué Ingrid Olga Ebouka-Babakas, la ministre du plan, de la statistique et de l’intégration régionale qui représentait Calixte Nganongo, le ministre des Finances et du Budget du Congo.

Les débats ont principalement porté sur des réformes économiques, la finance verte, des investissements à long terme, les émissions de Sukuks, la gestion collective et la dynamisation de la bourse.

Des actions citées comme futurs leviers de développement économique du continent africain.

L‘événement co-organisé par la Commission de surveillance du marché financier de l’Afrique centrale (COSUMAF) et le ministère congolais des finances et du budget a réuni 300 participants d’une dizaine de pays et des organisations financières ainsi que des partenaires multilatéraux, notamment la Banque Mondiale, des experts, et des autorités de régulation en Afrique.

Six panels pour meubler les échanges

-Contribution du marché financier au programme des réformes économiques de la CEMAC.

-Accélération du développement du marché financier de la CEMAC.

-Émission des sukuks (potenciel de développement en CEMAC)

-Marché financier et investisseurs de long terme

- Ancrage du développement durable en CEMAC par l’essor des Obligations vertes

-OPCVM et dynamisation du marché financier de la CEMAC