Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Sci tech

sci-tech

Écologie : ce qui pourrait se produire si le pangolin disparaît

Écologie : ce qui pourrait se produire si le pangolin disparaît

Afrique

Et si le pangolin s‘éteignait ? En tout cas, l’homme et son milieu naturel en paieraient un très lourd tribut. Voici pourquoi.

Depuis 2011, l’humanité célèbre le 17 février de chaque année, la journée mondiale du pangolin. L’occasion de sensibiliser à la protection des huit espèces dont le pangolin géant (près de 140 cm) et le petit (30 à 80 cm). D’après des chercheurs, ce mammifère a déjà disparu dans certaines régions d’Asie.

Si l’Afrique compte encore de nombreux individus, la menace de disparition est toutefois forte vu les pressions exercées par des braconniers qui chassent l’animal pour sa viande « délicieuse » et ses écailles en kératine ayant des vertus « curatives et aphrodisiaques », selon des Asiatiques.

Suffisant pour comprendre la forte valeur commerciale de l‘édenté. Selon le Figaro, en Chine par exemple, un pangolin géant est vendu à plus de 1,4 millions de francs CFA (près de 1750 euros).

Selon une récente étude, près de 2,7 millions de pangolins sont capturés ou tués chaque année dans 14 pays d’Afrique. C’est le cas du Cameroun, de la RCA, de la Guinée équatoriale, du Gabon, de la RDC et du Congo.

Et avec une telle pression, les jours du pangolin d’Afrique sont désormais comptés. Mais si l’humanité ne se sent pas trop orpheline du dodo (géant oiseau) disparu de l‘Île Maurice depuis le 17è siècle, l’extinction du pangolin pourrait coûter cher aux générations futures.

À l’instar d’autres fourmiliers comme le tamanoir, le menu alimentaire du pangolin est constitué essentiellement de fourmis et de termites. D’après des études, un pangolin peut manger jusqu‘à 70 millions de fourmis ou de termites par an.

Un rôle écologique non-négligeable lorsqu’on sait que les fourmis et les termites détruisent les arbres, les édifices et les cultures. Avec des incidences financières qui s’ensuivent.

Et sans pangolin aujourd’hui accusé (à tort ou à raison) d‘être vecteur du méchant Coronavirus, on assisterait un jour à l’invasion de la Terre par des milliards de fourmis et termites qui ne feront qu’une bouchée du biotope mondial.

De leur côté, les fourmis et les termites contribuent à la bonne santé des sols, car leurs crottes, leurs restes de nourriture ainsi que leurs cadavres humidifient, aèrent et nourrissent les sols.