Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Après une récente pendaison, le Botswana sommé d'abolir la peine de mort

Après une récente pendaison, le Botswana sommé d'abolir la peine de mort

Botswana

Le Botswana aux antipodes de la tendance africaine sur la question de la peine de mort. La semaine dernière encore, le pays a exécuté un condamné à mort, provoquant l’indignation des ONG de défense des droits de l’homme.

En première ligne de ces défenseurs des droits humains contre la peine capitale, Amnesty International. L’ONG qui se tient aux côtés des avocats des droits de l’homme du Botswana et de l’Union européenne a appelé le nouveau président botswanais à tirer un trait sur les exécutions pénitentiaires, citant en exemple le reste de l’Afrique.

Il y a une semaine, à peine, le Botswana a exécuté un détenu de 44 ans qui était dans le couloir de la mort pour meurtre. Mooketsi Kgosibodiba, un maçon, était notamment emprisonné depuis 2017 pour avoir étranglé son employé qui l’accusait d’avoir dérobé du ciment. Lundi 2 décembre, les services pénitentiaires ont annoncé que le détenu a été pendu à la prison centrale de Gaborone.

Il s’agit de la première exécution depuis les élections présidentielles d’octobre et le Botswana est le seul pays d’Afrique australe qui exécute toujours régulièrement des personnes, contrecarrant les tendances régionales et mondiales, selon Amnesty International.

Une tendance à la baisse dans le monde

Avant la mort de Kgosibodiba, deux autres personnes ont été pendues au Botswana en 2018. Amnesty a déclaré que les exécutions sont souvent effectuées sans préavis, les familles des condamnés n‘étant notifiées qu’après l’exécution. Des accusations auxquelles le gouvernement botswanais n’a pas encore réagi.

Bien que salué pour sa stabilité politique et sa forte économie, le Botswana a encore la possibilité de renforcer les droits de ses citoyens, estime Amnesty. « En signant l’arrêt de mort de Kgosibodiba, le président nouvellement élu Mokgweetsi Masisi a raté une occasion de faire immédiatement preuve d’un leadership fort en abolissant la peine de mort », a déclaré Deprose Muchena, directeur régional d’Amnesty International pour l’Afrique australe.

À ce jour, sur les 29 pays d’Afrique subsaharienne qui maintiennent la peine de mort dans leur législation, seuls quatre – le Botswana, la Somalie, le Soudan du Sud et le Soudan – les appliquent effectivement. Ces pays ont procédé à des exécutions en 2018.

Toutefois, les exécutions dans le monde ont chuté de près d’un tiers en 2018 pour atteindre le chiffre le plus bas en une décennie.

>>> LIRE AUSSI : Peine de mort : la tendance à la baisse en Afrique, la Chine plus grande exécutrice mondiale
Voir plus