Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : le pays fête le départ d'Abdelaziz Bouteflika

Algérie : le pays fête le départ d'Abdelaziz Bouteflika

Algérie

Feux d’artifice et drapeaux aux couleurs nationales, près d’un millier d’Algérois sont descendus dans les rues d’Alger mardi soir pour célébrer la démission, après 20 ans à la tête de l’Etat, du président Abdelaziz Bouteflika, dont ils réclamaient depuis plus d’un mois le départ, ainsi que celui du “système au pouvoir”.

“Nous avons gagné la bataille, mais nous n’avons pas gagné la guerre. Il reste encore du travail à faire. Le rôle des institutions est maintenant de juger, la justice doit faire son travail. Premièrement, la justice doit être indépendante, c’est ainsi que le premier juge du pays pourrait les juger”, lance Abderrezak (40 ans).

Joyeux, émus, et quelque fois méfiants, tous sont déterminés et se donnent rendez-vous pour un 7e vendredi consécutif de manifestation, pour faire chuter “tout le système”.

Nous avons gagné la bataille, mais nous n'avons pas gagné la guerre.

“Nous devons continuer pour que le gouvernement qu’ils ont formé disparaisse précise Rachid (45 ans). L’APN [le Congrès national du peuple] et le Conseil constitutionnel doivent être dissous, les syndicats généraux de Sidi-Said [Abdelmadjid, chef de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA) )], tous doivent partir. Ils seront jugés après. Le plus important à présent est l’indépendance de la justice, l’indépendance de la justice, c’est ce qui nous manque en Algérie”.

Le chef de l’Etat de 82 ans aura tenté de s’accrocher au pouvoir face à un mouvement populaire inédit. Mais il a démissionné mardi soir, quelques heures après avoir été défié par l’armée.

Abdelaziz Bouteflika, très affaibli depuis un AVC en 2013, mais qui en février entendait encore briguer un cinquième mandat, a remis sa lettre de démission au Conseil constitutionnel.

>>> LIRE AUSSI : Algérie : la lettre de démission de Bouteflika
Voir plus