Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

This is Culture

this-is-culture

Afrique du Sud : un marché d'art en plein essor

Afrique du Sud : un marché d'art en plein essor

Afrique du Sud

En pleine ébullition en Afrique du Sud, le marché de l’art connaît ses jours meilleurs dans la ville du Cap. Des collectionneurs venus des quatre coins du globe recherchent des offres aussi diverses qu’un portrait à l’huile traditionnel du Sud-africain Irma Stern.

Des dizaines de lieux du centre-ville ont été aménagés pour la circonstance. Le musée d’art contemporain africain, Zeitz a permis aux amateurs d’art qui recherchent des potentiels investisseurs de s’ouvrir au public.

Pour la première fois, une vente aux enchères d‘œuvres d’art locales rapporte plus de 100 millions de Rands, environ 6 millions de dollars en une seule journée.

“Nous avons vendu environ 106 millions de rands d‘œuvres d’art, commandes comprises, ce soir, ce qui est un record pour l’Afrique du Sud et pour le continent. Et je pense que cela est bien pour l’avenir de l’art africain et sud-africain, nous en sommes absolument ravis”, témoigne Frank Kilbourn, président exécutif du conseil d’administration de strauss & Co.

Le tableau le plus cher, 20 millions de Rand est celui du peintre sud-africain Irma Stern, toujours dans son cadre original en bois sculpté. C’est le portrait d’un noble omanais de la cours du sultanat de Zanzibar.

L’année dernière, le lancement du Zeitz MOCAA presenté comme le plus grand musée d’art africain a suscité un grand intérêt pour le patrimoine artistique du continent.

““Le Cap est la ville idéale en cela, c’est comme vous l’avez dit une porte d’entrée. Cela permet aux gens qui accèdent au continent d’arriver ici si vous voulez faire l’expérience du reste du continent, une porte d’entrée et s’abonner aussi à l’art, mais c’est aussi une chance pour l’art de quitter le continent en partageant ce qu’il a vu et en ouvrant ces expériences sur un marché international”, explique Adam et Eve, co-commissaire de l’exposition”.

Le taux de change favorable du Rand au dollar américain est un autre atout pour les acheteurs étrangers, friands du marché de l’art sud-africain évalué à environ 2 à 3 millions de Rands par an.

“Il y a une sorte de pertinence dans l’art africain et c’est bien perçu en Europe et en Amérique et vous le remarquez chez les artistes qui viennent nous rendre visite précise Mirjam Asmal, directeur de la Galerie Ava. Ils cherchent des histoires réelles en Afrique et nous sommes toujours assis sur beaucoup d’histoires très réelles”.

Sur le continent, l’art est dans sa post-modernité. L’acquisition d’œuvres africaines par des collectionneurs étrangers est une étape importante pour leur vulgarisation et leur valorisation dans le reste du monde.

Voir plus