Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Faye Ngoma, son parcours d'opératrice de portique

Faye Ngoma, son parcours d'opératrice de portique

Congo

Nous sommes allés à la rencontre de l’une d’entre elles. Suivez son parcours.

Elle se nomme N’Goma Faye, cette jeune congolaise fait partie des huit portiqueuses que compte le port de Pointe-Noire. Ce métier, elle a découvert presque par hasard. Avec son brevet de technicien supérieur en transport logistique, elle débute en 2016 sur les grues plus petites avant d’attérir sur celles de 57 m de hauteur.

“Ici, il faut dire qu’on m’a encouragé à faire ce métier, parce que je ne me voyais pas exercer ce métier, dans une machine sur une grue et quand il y a eu l’appel à candidature je m’interessais pas” explique Ngoma Faye.

C’est donc la peur au ventre que Faye Ngoma se lance à la conquête de ce poste d’opérateur de portique. Assise dans sa cabine perchée à 47 m de hauteur, elle décharge ou encore recharge les bateaux à quai. Les conteneurs sont transportés avec prudence et délicatesse. Une tâche sensible qu’elle accomplie avec assez de maturité. Et qui ne comporterait pas d‘énormes risques, selon elle..

“Les premiers jours n‘étaient pas faciles, j’avais vraiment très peur, j’avais super peur je me disais qu’un jour que la cabine tomberait et que je trouverais la mort, mais sinon ça va c’est très solide, d’ailleurs moi même j’ai fait un incident avec un panneau qui s’est fissuré mais le grand risque c’est que le portique tombe mais il est très solide” souligne Ngoma Faye.

Solide, c’est aussi la relation qui unit les portiqueurs aux portiqueuses dans ce port de Pointe-Noire. À presque 30 ans, Ngoma Faye attire la curiosité et provoque l’admiration. Son courage tout comme celui des autres portiqueuses est salué par ses collègues.

“Cela me fait très plaisir, très souvent dans d’autres, on ne trouvera jamais de dames mais chez nous on en beaucoup cela nous fait très plaisir et c’est pour remuer d’autres dames qui ne sont pas battantes à devenir des femmes conductrices de portiques de dernière génération surtout que c’est la marque ZPMC” indique Gustave, un opérateur de portique.

Dans ce milieu portuaire, assez unique, l‘égalité des genres est une priorité pour les employeurs qui se sont engagés à garantir les mêmes droits et conditions de travail à chaque employé. Une égalité qui n’est pas sans conséquence.

“On fait tous la même chose, on est rémunéré de la même façon, peut être qu’ils devraient alléger les heures de travail. On ne fait pas de shifts de nuit, c’est déjà très bien, mais vu qu’on souhaite l‘égalité de l’homme et de la femme,c’est très bien qu’on fasse les mêmes heures à part les nuits, s’il faut faire deux heures, tu le fais comme un homme, s’il faut quatre heures, tu le fais, il n’y a pas de discrimination, c’est l‘égalité à part quelques fois il y a des jalousies, et ils nous disent tu es une femme, il n’y aura jamais d’egalité”.

Avec à peine trois d’expérience dans ce métier, Ngoma Faye a bâti une réputation dans le milieu et compte bien convaincre davantage de femmes qui hésitent à se lancer à l’assaut des différents portiques que compte le port de pointe-Noire.

Voir plus