Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Kenya, incendies récurrents dans les écoles : comprendre le phénomène

Kenya, incendies récurrents dans les écoles : comprendre le phénomène

Kenya

<h4>Au Kenya, plus de 100 établissements scolaires du secondaire ont été incendiés ces derniers mois, suscitant des troubles à travers le système éducatif national. Selon les autorités du pays, les élèves responsables de ces actes sont aidés de leurs enseignants lors de leurs forfaits. Une situation qui divise aujourd’hui, l’opinion publique du pays.</h4> <p>La récente vague d’incendies criminels qui ont ravagé près de 120 écoles au Kenya ont semé des troubles généralisés dans le secteur éducatif. </p> <p>Selon les autorités, certains de ces incendies criminels ont été perpétrés par des élèves, souvent aidés de leurs enseignants. Des incidents isolés, qui seraient aujourd’hui devenus une tendance généralisée à travers le pays.<br /> Selon certains chercheurs universitaires, l’ampleur des troubles dans les écoles du Kenya est un facteur révélateur d’indiscipline, et du laxisme dans l‘éducation des enfants par les parents.</p> <p>“Ce qui se passe actuellement c’est qu’il y a une fuite, une fuite en termes d‘éducation, où ils commencent à réagir rapidement et ils réagissent violemment. À notre époque, nous ne pouvions pas réagir violemment à cause des systèmes qui étaient en place, des parents jusqu‘à la société”, a déclaré le Docteur John Nderitu, chercheur en politiques d‘éducation et en sciences sociales à l’Université Kenyatta</p> <p>D’autre part, les autorités accusent les enseignants d’inciter les élèves à commettre leurs méfaits en leur fournissant de l’essence pour mettre le feux. Les cartels de tricheurs aux examens, sous la pression des nouvelles réformes visant à limiter les fuites des documents d’examen, sont également mis en cause.</p> <p>“Les gens qui brûlent les écoles cherchent à éviter de rendre des comptes, afin que les documents et les dossiers soient brûlés dans les bureaux. Voilà pourquoi je dis que les défis auxquels nous sommes confrontés sont liés à une impunité institutionnalisée. Les gens ont vécu et ont fait de cette façon et quand nous sommes confrontés à cette crise, monsieur le président, nous commençons à nous blâmer les uns les autres”. S’est exprimé Fred Matiang’i, ministre de l’Education du Kenya au cours de son allocution au Sénat.</p> <p>Jusqu’ici, près de 150 élèves ont été traduits devant les tribunaux pour enfants à travers le pays et inculpés pour incendie criminel et dommages de biens, mais les parents sont en train de négocier avec le bureau du procureur pour des règlements à l’amiable.</p> <p>L’opinion publique reste pour sa part, divisée sur ce qui pourrait être la cause de la crise et ce qui devrait être fait pour y mettre fin.</p> <p>“L’année dernière, il y avait beaucoup de fuites et le ministre a également commenté à ce sujet donc cela contribue à ce que les élèves aient le sentiment que l’examen de cette année sera plus difficile, donc ils veulent exprimer cela, peut-être en incendiant les écoles”, dit une femme d’affaires, Beth Kamau.</p> <p>“Une école qui a même instruit son père ou sa mère … Juste venir et détruire en l’espace de trois minutes, c’est anéanti, un dortoir vieux de 40 ans. C’est quelque chose que nous ne pouvons pas prendre à la légère en tant que parents”, a déclaré Wilson Okumu.</p> <p>“Si nous avons un problème probablement avec nos dirigeants, nous avons un problème dans notre maison et nous ne résolvons pas les problèmes à l’amiable. Nous allons probablement manifester, descendre dans la rue, brûler des magasins et brûler aussi des voitures, et donc c’est ce que nous disons à nos enfants de faire”, a renchéri Patricia Muema.</p> <p>Près de 7 000 élèves ont vu leurs résultats aux examens de fin d‘études secondaires annulés l’an dernier après des cas de tricherie et d’irrégularités constatés.</p>

"Les gens qui brûlent les écoles cherchent à éviter de rendre des comptes, afin que les documents et les dossiers soient brûlés dans les bureaux. Voilà pourquoi je dis que les défis auxquels nous sommes confrontés sont liés à une impunité institutionnalisée.''

Voir plus