Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le Mozambique demande l'aide militaire de la SADC

Le Mozambique demande l'aide militaire de la SADC
Des soldats et policiers rwandais se préparent à monter à bord d'un avion "Rwandair" pour une mission militaire au Mozambique   -  
Copyright © africanews
SIMON WOHLFAHRT/AFP or licensors -

Mozambique

Le Mozambique a officiellement demandé l'aide militaire des pays d'Afrique australe pour lutter contre les djihadistes qui terrorisent depuis plus de trois ans le nord-est du pays, riche en gaz.

La "demande d'intervention de la SADC (Communauté de développement de l'Afrique australe) au Cabo Delgado a été formellement finalisée", a déclaré le ministre de la Défense, Jaime Neto. Fin juin, les 16 pays de la région réunis à Maputo avaient annoncé un accord pour l'envoi prochain de troupes.

Le président mozambicain Filipe Nyusi s'était jusque-là montré réticent à toute intervention étrangère, insistant sur la souveraineté du pays. Le calendrier et le nombre de soldats qui seront envoyés ne sont pas encore connus alors que le Rwanda a annoncé la semaine dernière envoyer un millier de soldats dans le nord du Mozambique.

Des groupes connus localement sous le nom d'Al-Shabab ("les jeunes" en arabe) font régner la terreur depuis fin 2017 dans la province du Cabo Delgado, frontalière de la Tanzanie, incendiant les villages et décapitant des civils. Leurs attaques sont montées en puissance depuis un an.

Attaque surprise

Le 24 mars, une attaque surprise d'ampleur contre la ville portuaire de Palma, qui a fait des dizaines de morts et des dizaines de milliers de déplacés, a inquiété la communauté internationale. Cette attaque, l'une des plus importantes depuis le début des violences dans le Cabo Delgado, a interrompu un méga-projet gazier de 16,8 milliards d'euros, opéré par le français Total et situé à seulement quelques kilomètres de Palma.

Les attaques dans le nord-est du pays ont tué 2 900 personnes, selon l'ONG ALCED, et forcé près de 800 000 autres à fuir, créant une grave crise humanitaire, selon l'ONU.

Voir plus