Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : sévères réquisitions au procès d'un ex-puissant chef de la police

Algérie : sévères réquisitions au procès d'un ex-puissant chef de la police

Algérie

La justice algérienne a requis lundi de lourdes peines de prison contre un ancien puissant chef de la police, ses enfants et son épouse, jugés pour “enrichissement illicite” et “détournement de foncier”, selon les médias algériens.

L’accusation a requis 20 ans de réclusion à l’encontre de Abdelaghani Hamel, ex-directeur général de la sûreté nationale (DGSN), en détention provisoire depuis le 5 juillet 2019.

M. Hamel, qui nie les faits qui lui sont reprochés, est jugé devant un tribunal d’Alger depuis le 11 mars avec ses trois fils, également en détention provisoire, sa fille et son épouse, toutes les deux en liberté sous contrôle judiciaire.

L’accusation a requis également 20 ans de prison ferme contre l’un des fils de M. Hamel, Amyar.

Le procès a révélé que l’ex-chef de la police et les membres de sa famille, à la tête d’une immense fortune, avaient acquis illégalement de nombreuses habitations et des terrains dans plusieurs régions du pays.

Quinze ans de prison ont été requis contre chacun des deux autres fils et de la fille de M. Hamel et 10 ans contre son épouse, selon les même sources.

Le procureur a réclamé la confiscation de tous les biens des accusés.

Considéré un temps comme un potentiel successeur du président déchu Abdelaziz Bouteflika, poussé à la démission début avril 2019 par un puissant mouvement de contestation populaire, M. Hamel a été, contre toute attente, limogé en juin 2018 sur fond de scandale de trafic de drogue.

M. Hamel, un général de la gendarmerie à la retraite, a été auditionné début mai 2019 dans le cadre d’une affaire de trafic de quelque 700 kilos de cocaïne dans le port d’Oran dans laquelle seraient impliqués de hauts fonctionnaires, magistrats, dirigeants ou généraux influents au sein du régime.

Il a été ensuite placé en détention provisoire le 5 juillet 2019 après avoir été inculpé de “détournement de foncier et enrichissement illicite”.

AFP

Voir plus