Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éradication de la poliomyélite : quand le vaccin provoque la maladie

Éradication de la poliomyélite : quand le vaccin provoque la maladie

Afrique

On est encore loin d’une éradication totale de la poliomyélite en Afrique. Surtout lorsque la principale arme pour combattre la maladie en est aussi son principal adversaire. Quatre pays africains viennent, en effet, de signaler de nouveaux cas de poliomyélite liés au vaccin oral.

Dans un rapport publié la semaine dernière, l’Organisation mondiale de la santé et ses partenaires ont signalé neuf nouveaux cas de poliomyélite causés par ce vaccin au Nigeria, au Congo, en République centrafricaine et en Angola. Sept pays ailleurs en Afrique ont des épidémies similaires et des cas ont été signalés en Asie.

La situation n’est pas inédite, mais il s’agit tout de même de cas rares dans lesquels le virus vivant contenu dans le vaccin antipoliomyélitique oral peut se transformer en une forme capable de déclencher de nouveaux foyers. Or, la forme de vaccin privilégiée par l’OMS et ses partenaires sur le continent et dans les pays d’Asie est la forme orale. Ce vaccin est peu coûteux, et peut être facilement administré, ne nécessitant que deux gouttes par dose. Les pays occidentaux, eux, utilisent un vaccin antipoliomyélitique injectable plus coûteux, contenant un virus inactivé incapable de causer la polio.

L’Observatoire indépendant de surveillance, un groupe créé par l’OMS pour évaluer l‘éradication de la poliomyélite, a averti dans un rapport ce mois-ci que le virus de la maladie dérivé d’un vaccin « se propageait sans contrôle en Afrique de l’Ouest, brisant les frontières géographiques et soulevant des questions fondamentales pour l’ensemble du processus d‘éradication. »

Une manière implicite de remettre en cause l’efficacité irréprochable du vaccin oral alors que les échéances pour une éradication totale de la poliomyélite à origine vaccinale ont à maintes fois été repoussées.

Avec l’Associated Press