Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Zimbabwe : l'inflation s'envole à près de 300% sur un an (FMI)

Zimbabwe : l'inflation s'envole à près de 300% sur un an (FMI)

Zimbabwe

L’inflation annuelle au Zimbabwe, plongé dans une crise économique depuis vingt ans, s’est envolée à près de 300% en août, a annoncé jeudi le Fonds monétaire international (FMI), faisant planer le retour de l’hyperinflation des années 2000.

Depuis février, la monnaie zimbabwéenne s’est fortement dépréciée. Le taux de change est passé de “1 dollar zimbabwéen pour 1 dollar américain à 16,5 dollars zimbabwéens pour 1 dollar américain (en date du 23 septembre), entretenant une forte inflation qui a atteint près de 300% en août”, selon le FMI.

“Les difficultés économiques se sont poursuivies au cours de l’année 2019, exacerbées par des chocs météorologiques graves”, a ajouté dans un communiqué l’organisme international, dont des membres reviennent d’une mission dans le pays.

“La croissance du PIB en 2019 devrait être très négative dans la mesure où les effets de la sécheresse sur les productions agricole et électrique, l’impact du cyclone Idai et la consolidation fiscale (…) tirent la croissance vers le bas”, a-t-il ajouté.

En mars, le passage du cyclone Idai avait fait plus de 300 morts au Zimbabwe. “Les conditions sociales se sont détériorées rapidement, avec plus de la moitié de la population (8,5 millions de personnes), selon les Nations unies, en situation d’insécurité alimentaire”, a précisé le FMI, qui a appelé à des mesures “urgentes pour s’attaquer aux causes de l’instabilité économique”.

Imminente pénurie d’eau potable

Le Zimbabwe, ancien grenier à céréales de l’Afrique australe, est empêtré dans une crise économique et financière qui a provoqué le départ de millions d’habitants.

Le président Emmerson Mnangagwa, qui a succédé fin 2017 à Robert Mugabe, aux commandes du pays pendant trente-sept ans, s’est engagé à relancer l‘économie, jusqu‘à présent en vain.

Le pays est confronté à des pénuries régulières de carburant et d‘électricité pouvant aller jusqu‘à dix-neuf heures par jour. 

Dernier avatar de la catastrophe économique qui ronge le pays, la capitale, Harare, est menacée de manquer d’eau potable à cause des difficultés financières de son unique usine de traitement.

Fin juin, le gouvernement avait pris la décision surprise d’interdire les transactions courantes en devises étrangères, énième tentative d’assécher le marché noir des devises et d‘éviter le retour de l’hyperinflation. 

Depuis 2009, il était possible de régler ses dépenses (supermarché, essence, factures à l’hôpital…) en monnaies étrangères, notamment en dollars américains.

AFP

Voir plus