Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Soudan du Sud : le chef rebelle Riek Machar limoge deux responsables locaux

Soudan du Sud : le chef rebelle Riek Machar limoge deux responsables locaux

Sud-Soudan

Au Soudan du Sud, le gouverneur d’une région sous contrôle de la rébellion et son adjoint ont été révoqués de leurs fonctions lundi. L’administration Machar leur reproche d’avoir entravé des opérations de sécurisation de la zone.

Stephen Pal Kun et James Ajak Abraham ne sont plus respectivement gouverneur et gouverneur adjoint d’Adar, une province du Soudan du Sud située aux frontières éthiopienne et soudanaise.

C’est ce qui ressort d’un « décret » rendu public lundi par le Mouvement populaire de libération du Soudan (SPLM-N), parti du chef rebelle Riek Machar qui contrôle cette région au nord du Soudan du Sud aux frontières avec l‘Éthiopie et le Soudan.

Cette révocation intervient quelques jours après des affrontements entre les forces de l’Armée populaire de libération du Soudan (APLS), bras armé de l’opposition et des jeunes de la communauté Cie-Waw de la région de Maiwut, dans l’est du Haut-Nil, une des zones occupées par les forces de Machar.

Pour le SPLM-N, Stephen Pal Kun et James Ajak Abraham se seraient opposés aux opérations de pacification de la zone. « Les changements sont clairement liés aux récents incidents survenus dans la ville de Maiwut. Quand des gens meurent, il faut prendre une décision » a expliqué Manawa Peter Gatkuoth, porte-parole adjoint du SPLM-N.

Depuis 2013, soit deux ans après son indépendance, le Soudan du Sud est le théâtre d’une guerre civile opposant les forces gouvernementales fidèles au président Salva Kiir à celles de l’ancien vice-président Riek Machar.

La crise qui a déjà fait de nombreux décès dans les deux camps est à l’origine d’une grave crise humanitaire.

Après de nombreux accords infructueux, un processus de paix mené sous la médiation du Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed devrait enfin déboucher sur la formation à partir d’octobre d’un gouvernement d’union nationale synonyme de cessation des hostilités.

Voir plus