Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : un membre de Lamuka rejoint le pouvoir pour combattre Ebola et l'insécurité

RDC : un membre de Lamuka rejoint le pouvoir pour combattre Ebola et l'insécurité

République démocratique du Congo

Antipas Mbusa Nyamwisi n’est plus membre de la coalition de l’opposition Lamuka. Il entend rallier le camp du président Tshisekedi pour lutter contre Ebola et l’insécurité à l’est de la RDC.

La défection a été annoncée dans une lettre adressée lundi 17 juin au président de la plateforme de l’opposition Lamuka, Moïse Katumbi. Dans la missive, Antipas Mbusa Nyamwisi annonce la suspension de ses activités au sein de la coalition.

Pour une raison toute simple, comme il dit avoir prévenu sa hiérarchie. « Je vous écris pour vous rappeler que lors de nos deux dernières rencontres en Belgique du 21 au 23 mars ainsi que le 27 avril, j’avais informé les membres du présidium de Lamuka qui me lisent en copie, que j‘étais en concertation avec le président de la République sur la disponibilité d’apporter ma contribution à la lutte contre l‘épidémie à virus Ebola et à l’insécurité à l’est de notre pays, notamment à Beni-Butembo et dans l’Ituri » , a écrit l’acteur politique.

Information confirmée par les responsables de Lamuka. « Antipas Mbusa Nyamwisi quitte officiellement Lamuka, il s’est entretenu en long et en large avec le Président élu Martin Fayulu il y a quelques jours à Kin. Et maintenant, il écrit au coordonnateur Moïse Katumbi sur la suspension de sa participation, etc. Bon vent à lui, Lamuka continue sa marche.. », a écrit la plateforme sur Twitter.

Diplômé en sociologie à l’université de Kisangani, Mbusa Nyamwisi, fait partie des fondateurs du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), l’un des mouvements rebelles qui combattirent le régime de Laurent Désiré Kabila de 1998 à 2003.

Et depuis plus de 20 ans l’est de la RDC est le théâtre des violences perpétrées par une centaine de groupes armées. Des violences qui empêchent une lutte efficiente contre le virus Ebola qui a déjà tué plus de 1000 personnes sur quelque 2000 cas depuis sa déclaration en août 2018.

Voir plus