Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Congo : l'Union européenne accompagne le port de Pointe-Noire dans son projet d'extension

Congo : l'Union européenne accompagne le port de Pointe-Noire dans son projet d'extension

Congo

Démarré en janvier 2019, pour une durée de 4 ans, avec un budget de 133 millions d’euros, le programme d’extension et la mise à niveau environnementale des infrastructures du port autonome de Pointe-Noire (PAPN ) en République du Congo a fait l’objet d’une visite de l’ambassadeur de l’Union européenne, partenaire d’investissement à hauteur de 30 millions d’euro.

À la croisée des axes maritimes d’Europe, d’Asie, et de l’Amérique, le port autonome de Pointe-Noire (PAPN) est une véritable plaque tournante des échanges intercontinentaux et acteur incontournable pour le transport des marchandises en Afrique centrale. Afin de renforcer cette position et répondre au mieux à la croissance du trafic, le PAPN s’est fixé pour objectif d’améliorer ses infrastructures d’accueil et sa compétitivité tout en garantissant une gestion environnementale conforme aux standards internationaux. C’est dans cette optique que l’Union européenne et l’Agence française de développement se sont engagés à soutenir le PAPN en apportant un investissement respectivement à hauteur de 30 millions d’euros, et 70 millions d’euros de prêt, en plus de l’autofinancement du port estimé à environ 33 millions d’euros .

Raul Mateus Paula, ambassadeur de l’Union européenne en République du Congo, accompagné de Lionel Cafferini, a visité l‘état d’avancement de ce projet de vaste envergure.

Première étape de la visite, la présentation de la zone réservée à la construction du port de pêche industriel offrant 600 ml de quais puis le site dédié à l‘érection d’un abri et d’un brise-lame pour protéger le port de pêche artisanale.

Mais au-delà de ces travaux de construction en plus des infrastructures déjà existantes, Mr Raul Mateus Paula, a insisté sur les questions environnementales, dans un pays où certaines espèces halieutiques sont déjà menacées. “Moi je voudrais essentiellement mettre l’accent sur la gouvernance, parce qu’ il y a toute la question de la régulation de la pêche, toute la problématique de la surpêche, et de la préservation des ressources “, a-t-il déclaré devant un parterre de journalistes qui suivaient le convoi de l’ambassadeur.

En perspective

Parmi les infrastructures portuaires qui seront renouvelées figurent, la construction d’environ 1000 ml de quais pour le trafic vrac et conventionnel, la construction d’un port de pêche industriel et artisanal.

Les procédures portuaires seront améliorées en garantissant la fluidité du trafic et l’optimisation des coûts et des délais, mais aussi l’amélioration de la performance de la place portuaire.

La gestion environnementale des activités portuaires sera renforcée par notamment la mise en place d’un système de management environnemental durable, la mise en oeuvre des plans de gestion des marchandises dangereuses, des pollutions accidentelles aux hydrocarbures et du plan de gestion des déchets solides et liquides.

Voir plus