Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Algérie : les manifestants veulent le départ de Bouteflika et rien d'autre

Algérie : les manifestants veulent le départ de Bouteflika et rien d'autre

Algérie

Les Algériens, la presse en première ligne, ont diversement apprécié mardi la décision du président Abdelaziz Bouteflika de ne plus briguer un cinquième mandat.

Le renoncement d’Abdelaziz Bouteflika était à la une des journaux algériens ce mardi. Tous analysent à leur manière, l’annonce la veille du président de ne pas se présenter à la prochaine présidentielle pour un cinquième mandat après plusieurs semaines de mobilisation. Si le journal Le Temps s’est contenté d’un simple ‘‘Bouteflika renonce au 5ème mandat’‘, les quotidiens El Watan et Liberté mettent l’accent sur le fait que le président ne quitte pas le pouvoir de suite. Le premier parle de ‘‘la dernière ruse de Bouteflika’‘ tandis que le second titre ‘‘Bouteflika prolonge son mandat’‘.

Quoi qu’il en soit, à Alger, la capitale, certains sont restés sceptiques et demandent plus que de simples annonces. « Nous n’acceptons pas l’annonce de Bouteflika, nous ne sommes pas contre Bouteflika en particulier, nous voulons que tout le pouvoir change, nous aimerions voir de nouvelles idées, de nouveaux visages. Il est au pouvoir depuis 20 ans, 20 ans de corruption, maintenant il veut changer le gouvernement, il fallait qu’il le fasse avant, quand il était en bonne santé. », assène Abdenour.

« Il faut que tout le monde parte »

Comme cet agent de sécurité, beaucoup d’Algériens sont loin d’avoir été convaincus par la déclaration du président Abdelaziz Bouteflika. D’où les nouvelles manifestations organisées ce mardi dans le pays pour demander le départ du chef de l‘État algérien. Une seule chose pourrait assouvir leur désir de changement : un départ de celui qui dirige le pays depuis une vingtaine d’années. « Il veut dire qu’il y a du changement, mais non! Il faut que tout le monde parte, il n’est plus question maintenant d’enlever un ministre et de nommer Bedoui à sa place, enlever un d’un coté en remettre de l’autre, non, non, il faut de nouvelles personnes, le temps de ce jeu est révolu, c’est d’actualité pendant les mandats passés, maintenant nous n’acceptons rien. », fait savoir Rabah, retraité.

Pour la majorité des Algériens, qui voient une ruse du clan du président Bouteflika dans cette annonce du président de renoncer à un cinquième mandat, le combat est donc loin d‘être terminé. Ils comptent bien poursuivre la résistance jusqu’au départ du régime.

Voir plus