Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gambie : la quête de justice pour les crimes de l'ère Jammeh

Un parent de l'une des victimes du régime de Yahya Jammeh lors d'une manifestation   -  
Copyright © africanews
ROMAIN CHANSON/AFP or licensors -

Gambie

Sur cette vieille photo, Mariama apparaît fièrement aux côtés de son mari décédé il y a quelques années pendant le règne de Yahya Jammeh. Aujourd'hui, cette veuve réclame justice comme d'autres familles de victimes. Car Mariama n’est pas la seule. Il y a quelques jours, un rapport d’une commission ayant enquêté sur les crimes commis durant le régime de Yahya Jammeh, a réclamé que les principaux responsables soient jugés.

"Les commissions qui sont venues devant le TRRC, les recommandations n'ont pas été mises en œuvre. Quelle raison le gouvernement a-t-il donnée ? Que les recommandations ne soient pas données, elles ne sont pas mises en œuvre. Il n'y avait aucune raison donnée et ce sont les choses qui peuvent faire perdre espoir à quelqu'un, ou ne pas vous faire confiance à 100 %, si quoi que vous fassiez, ou quoi que vous disiez, à la fin de la journée, vous échouez à le faire, vous décevez le peuple gambien", explique-t-elle.

Ce rapport accablant a été remis à Adama Barrow, qui a assuré aux victimes que justice sera faite. Mais il s’agit d’un dossier délicat, Yahya Jammeh possède encore de nombreux soutiens.

" Ce que nous ne pouvons pas changer, c'est l'histoire. Ce que nous ne pouvons pas changer, ce sont les faits. Ce que nous ne pouvons pas changer, c'est qu'un certain nombre de personnes ont été tuées, torturées et mutilées dans ce pays. Ne rien faire, ça ne va pas s'effacer dans les livres d'histoire", explique Essa Jallow, qui est à la tête de cette commission.

"Il existe également la possibilité de porter certaines de ces affaires devant la Cour pénale internationale. Alors on a vu le procureur de la Cour pénale internationale, on a vu des groupes de travail de l'ONU dire que l'impunité n'est pas une option", explique Reed Brody, avocat international américain.

Avec l’élection du 4 décembre, les Gambiens veulent surtout tourner définitivement la page de l’ère Yahya Jammeh, dont l’ombre a plané sur cette campagne présidentielle.

Voir plus