Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : manifestation contre la pollution marine

  -  
Copyright © africanews
ANIS MILI/AFP or licensors

Tunisie

Une chaîne humaine, la plus longue de l’histoire de la Tunisie formée dimanche Sur le sable de Radès, Ezzahra, Hammam Lif, Hammam Chott et Borj Cedria, une bande côtière de 13 km où vivent 300.000 personnes par 3 500 manifestants.

La chaîne humaine vise à "dénoncer l'état dégradant de notre mer, qui est polluée et devenue un danger pour la santé", explique Doniazied Tounsi, 45 ans, présidente d'Action citoyenne à l’origine de la manifestation.

Depuis deux ans, cette organisation se bat contre le niveau de pollution des côtes tunisiennes. Elle serait provoquée en partie par le pompage des eaux usées dans la mer.

Tahar Jaouebi, faisait partie des manifestants : "Je suis venu pour une raison simple, j'avais l'habitude de me baigner sur cette plage dans les années 90 et l'eau était propre. Maintenant, je ne peux plus me baigner ici et mon fils non plus. Ces plages sont polluées pour la seule raison que l'Office national d'assainissement rejette les eaux usées dans cette mer.", explique cet habitant d'Ez-Zahra.

Présent à la manifestation, Badredine Zbidi, numéro deux du Conseil municipal à Ezzahra, souligne les répercussions sur le commerce et l'économie locale. "Même le poisson, les gens ne le consomment pas", dit-il avant d'ajouter, dans un soupir : "la mer est un don de Dieu et nous sommes des victimes".

Pour Ines Labiath, responsable en justice environnementale au Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES), la pollution marine en banlieue sud-est l'une des "plus graves de toute la Tunisie", pires encore que celles provoquées par le pôle pétrolier de Sfax ou le pôle chimique de phosphates de Gafsa.

Plusieurs municipalités ont annoncé des plaintes contre l'ONAS, l'Office national de l'assainissement et Action citoyenne a constitué un dossier pour poursuivre l'Etat tunisien.

Voir plus