Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Les réseaux sociaux bloqués en Ouganda

Les réseaux sociaux bloqués en Ouganda
Réseaux sociaux   -  
Copyright © africanews
INDRANIL MUKHERJEE/AFP or licensors

Ouganda

C'est totalement coupé des réseaux sociaux, que les Ougandais iront voter le 14 janvier. L'accès à Facebook, Twitter, WhatsApp, Signal et Viber a été suspendu jusqu'à nouvel ordre à deux jours de la présidentielle.

Les réseaux sociaux sont bloqués après un courrier de la directrice de la Commission ougandaise des communications, Irene Sewankambo. Selon une source travaillant dans le secteur des télécommunications et parlant sous le couvert de l'anonymat, cette mesure a été prise en représailles à la fermeture lundi par Facebook de plusieurs comptes appartenant à des responsables gouvernementaux ou des soutiens du président Yoweri Museveni.

Les utilisateurs se sont tournés vers les réseaux privés virtuels (VPN) pour contourner le blocus. Au pouvoir depuis 1986, Yoweri Museveni affrontera plusieurs candidats dont Robert Kyagulanyi alias Bobi Wine, un chanteur devenu député en 2017.

Ralentissement du débit Internet

Avant même le blocage instauré mardi, les internautes se plaignaient déjà d'un terrible ralentissement du débit d'internet constaté samedi. Lundi, une liste de plus de 100 réseaux sociaux a été distribuée aux fournisseurs de services Internet les invitant à les suspendre, selon le communiqué de la commission ougandaise des télécommunications.

En 2016, ce pays d'Afrique de l'est avait coupé l'accès aux réseaux sociaux invoquant un souci sécuritaire. Le président Yoweri Museveni, était opposé à l'époque à un autre opposant de taille, le Docteur Kizza Besigye, qui a décidé de ne pas participer à la présidentielle du 14 janvier.

Les autorités ont également suspendu les transferts d'argent via le téléphone portable.

En 2019, une taxe sur l'utilisation d'internet avait déclenché la colère de plusieurs militants qui l'ont qualifié de tentative de contrôle de la liberté d'expression. Le président, Yoweri Museveni pour sa part, a critiqué à plusieurs reprises "les jeunes d'utiliser internet pour répandre des rumeurs".

Selon les chiffres du régulateur des communications, l'Ouganda compte 20 millions de compte abonnés à Internet.

Voir plus