Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Libye: le pétrole toujours au centre des tensions

Les tensions se cristallisent autour de l'exploitation de pétrole.   -  
Copyright © africanews
AFP

Libye

Les raffineries de pétrole libyenne pourraient bientôt reprendre du service.

Vendredi, l'homme fort du camp de l'Est le maréchal Khalifa Haftar a donné son feu vert a la reprise de production de l’or noir, bloqué par ses forces depuis le mois de janvier. Un moyen selon lui d'assurer une répartition équitable des revenus pétroliers. Un pas en avant salué par son camp.

"La décision a été claire et très importante. Elle a répondue aux demandes du peuple Libyen, notamment à la répartition égale des ressources, et au fait que le pétrole ne soit pas gaspillé sur la guerre" a commenté le Vice Premier Ministre du gouvernement de Tobrouk Abdisalam al-Badri.

Les deux camps se disputent la supervision de l exploitation des champs de pétrole. La question de l organisme responsable fait débat.

"L'accord mentionne un soutien qui serait apporté à la Compagnie Nationale de Pétrole. Mais laquelle ? S'agit il de l institution de Sanallah à Tripoli, ou s agit il de l institution légitime de Benghazi? se demande leConsultant énergie du Gouvernement de Tobruk Abduljalil Mayouf. Avec la partition du pays, deux organismes se revendiquant Compagnie Nationale du Pétrole ont vu le jour, du cote du Gouvernement d'Union Nationale de Tripoli comme dans le camp de l'Est de Benghazi.

_"Nous souhaitons que ce soit l institution légitime de Benghazi qui conduise cette mesure. Si les ports rouvrent et que l export reprenait sous la supervision de la Compagnie Nationale dirigée par Sanallah, ce serait un retour a la case départ", _assure Abduljalil Mayouf, avant d'ajouter que cette situation ne pourrait être évitée que si les Etats-Unis garantissaient une répartition équitable des revenus de l exploitation de pétrolière.

La question du partage des ressources pétrolières est depuis longtemps source de discorde dans les négociations de paix en Libye. La ville de Syrte, clé de l'exploitation et de l'exportation de pétrole, reste un point de désaccord. Une ville au centre des négociations, dont le futur devra être éclairci avant d’espérer voir l'or noir de nouveau couler dans le pays au plus grandes réserves de pétrole d Afrique.

Voir plus