Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Ethiopie – Erythrée : un an après, où en est l'accord de paix ?

Ethiopie – Erythrée : un an après, où en est l'accord de paix ?

Erythrée

Le 9 juillet 2018, près de trois mois après son arrivée au pouvoir, Abiy Ahmed, le Premier ministre éthiopien tendait la main à l’Erythrée. Un rapprochement diplomatique spectaculaire avec le frère ennemi qui a surpris, mais surtout, offre à la Corne de l’Afrique une opportunité d’embellie aussi bien économique que politique. Petit passage en revue de l’accord de paix éthio-érythréen qui a soufflé sa première bougie ce mardi.

Entre l’Ethiopie et l’Erythrée, la longue guerre sanglante de la décennie 90 a désormais cédé la place à la paix. Un an après leur historique accord de paix, les deux pays s’accordent à concrétiser les engagements pris face au monde. C’est la confession faite ce mardi par le ministre érythréen de l’Information, Yemane Meskel. « Les deux pays continuent de travailler avec acharnement pour la mise en œuvre intégrale des cinq piliers de l’accord et pour une coopération régionale accrue”, a-t-il écrit dans un poste sur son compte Twitter.

Si le contenu exact de l’accord de paix formalisé en septembre 2018 en Arabie saoudite n’a pas été dévoilé, il prévoit entre autres la fin de « l‘état de guerre entre les deux pays ». L’Ethiopie ayant promis de rétrocéder à l’Erythrée la ville de Badme épicentre du conflit – comme le prévoit une décision de l’ONU dans le cadre de la résolution de la guerre en 2000. D’autres articles évoquent par ailleurs le renforcement des partenariats dans les domaines de la sécurité, de la défense, du commerce, des investissements, de la culture et des questions sociales ; la création de zones économiques communes ; la collaboration dans la lutte contre le terrorisme, « le trafic d’êtres humains, d’armes et de drogues, en vertu des pactes et conventions internationaux.

>>> LIRE AUSSI : Comment Abiy Ahmed a transformé l’Ethiopie en 100 jours

En l’espace de quelques mois, les deux pays ont effectivement mis officiellement fin à la guerre, rétabli des relations diplomatiques, des liaisons aériennes, terrestres et téléphoniques, ouvert la frontière par laquelle circulent librement les personnes et les biens. Des travaux d’infrastructure routière ont également commencé pour faciliter l’accès éthiopien aux ports érythréens.

>>> LIRE AUSSI : Corne de l’Afrique : un sommet tripartite pour accélérer l’unité et l’intégration

En filigrane, l’intégration régionale

À ce jour, des rapports indiquent que tous les points de passage frontaliers entre les deux pays ont été unilatéralement fermés du côté érythréen. En outre, la question de Badmé qui était jusqu’alors au cœur de la crispation entre les deux pays a disparu des radars. Elle a été réduite à sa plus simple expression, à savoir un hameau certes illégalement occupé par l’Éthiopie, mais qui, à l’échelle des enjeux économiques et sociaux de la réconciliation, ne représente pas grand-chose.

Car, au-delà du rapprochement diplomatique, ce sont davantage leurs économies que l’Ethiopie et l’Erythrée espèrent faire prospérer. Et même à l‘échelle régionale. La réconciliation ethio-érythréenne a pour ainsi dire favorisé une dynamique de pacification de l’ensemble de la Corne de l’Afrique. Un projet de train entre Djibouti et Addis-Abeba est dans les startings blocks. Il y a aussi un projet de terminal pétrolier à Lamu au Kenya qui connectera le Soudan du Sud, le Kenya et l’Ethiopie. Autant d’initiatives qui devraient déboucher sur une réelle intégration régionale.

Mais au plan interne, l’Ethiopie et l’Erythrée ont encore fort à faire. Asmara est toujours accusée de limiter drastiquement les droits de ses citoyens. Quant à Aby Ahmed, il a du mal à juguler les violences communautaires qui déplacent des milliers d‘Éthiopiens. Des difficultés qui font peser des craintes sur l’application effective de l’accord de paix.

>>> LIRE AUSSI : Ethiopie : au Tigré, la colère enfle à l‘égard d’Abiy Ahmed
Voir plus