Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Gabon-Kevazingogate : quel espoir pour Maganga-Moussavou ?

Gabon-Kevazingogate : quel espoir pour Maganga-Moussavou ?

Gabon

Au Gabon, le kevazingogate ou affaire de la disparition des containers, est loin de connaître son épilogue. L’ancien vice-président Pierre Claver Maganga-Moussavou entend porter plainte contre l‘État gabonais.

Démis de ses fonctions de vice-président du Gabon, Pierre Claver Maganga-Moussavou entend porter plainte contre l‘État gabonais. Selon le site Gabonactu, l’information a été donnée jeudi par son avocat Jean Pierre Moumbembé.

Le désormais ancien vice-président estime en effet avoir été victime d’un « outrageux et ignoble complot dans l’affaire   Kevazingo. Ce que la presse gabonaise appelle kevazingogate, c’est cette affaire relative à la disparition en mars dernier de 353 conteneurs de bois kevazingo, au port d’Owendo au sud de Libreville. L’affaire a également fait perdre son poste de ministre des forêts et de l’environnement Guy Bertrand Mapangou.

>>> LIRE AUSSI : Gabon – Disparition de conteneurs de bois : Ali Bongo aux trousses des auteurs

Un moyen « qui a servi à justifier aux yeux du monde entier son éviction scandaleuse », a déclaré Me Moumbembé. « Je peux vous dire qu’il m’est arrivé de rencontrer rarement le chef de l’État et presque jamais seul-à-seul. Cela fait même plus d’une année que je n’ai pas rencontré le chef de l’État », a déclaré mercredi Maganga Moussavou lors d’une conférence de presse.

Un véritable bras de fer politico-judiciaire à venir entre le président du Parti social-démocrate (opposition) nommé en août 2017 et le clan Bongo. Un clan qui, au pouvoir depuis près d’un demi-siècle, a visiblement la mainmise sur toutes les institutions ou tous les leviers du pouvoir.

L’espoir d’obtenir gain de cause devant la justice paraît donc très mince pour Maganga-Moussavou. À moins que l’ancien maire de Mouila soit aussi créatif que David pour en découdre avec le quasi-indéboulonnable empire « bongoiste ».

Toutefois, si la politique se nourrit parfois des conjonctures, nul ne peut pour l’instant prédire avec exactitude ce que pourra coûter le kevazingogate au régime d’Ali Bongo Ondimba.

Voir plus