Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sénégal : l'accusatrice d'Ousmane Sonko réclame toujours justice

Le chef de l'opposition sénégalaise, Ousmane Sonko, accusé de viol, parle aux médias au siège de son parti à Dakar, le 8 mars 2021, après avoir été libéré de prison.   -  
Copyright © africanews
SEYLLOU/AFP or licensors

Sénégal

La femme qui a porté plainte pour viol contre le chef de l'opposition sénégalaise, Ousmane Sonko, et dont l'arrestation ultérieure a été suivie de violences meurtrières à Dakar, a réitéré mercredi ses accusations et affirmé qu'elle souhaitait la poursuite des procédures judiciaires.

Dans une interview diffusée sur plusieurs chaînes de télévision privées, Adji Sarr a dit avoir été contrainte par le chef de l'opposition Ousmane Sonko d'entretenir des relations sexuelles avec lui, et menacée de représailles en cas de refus. "Si Ousmane Sonko n'a jamais couché avec moi, qu'il le jure sur le Coran", a-t-elle dit tout en affirmant être enceinte suite à ces viols.

Début mars, le Sénégal a été le théâtre d'affrontements entre jeunes et forces de l'ordre, de pillages et de saccages après l'arrestation d'Ousmane Sonko, troisième de la présidentielle de 2019 et pressenti comme un des principaux candidats à celle de 2024. Ces violences ont fait au moins cinq morts - onze selon le collectif de contestation -, au cours des troubles les plus graves depuis 2012.

Les tensions sont retombées ensuite après la libération sous contrôle judiciaire d'Ousmane Sonko et d'une allocution du président Macky Sall appelant à "l'apaisement". Les guides religieux étaient déjà intervenus en coulisses pour appeler les parties à la retenue.

Durant l'interview, l'accusatrice d'Ousmane Sonko dit n'avoir pas imaginé la tournure des événements. "Je ne savais pas que ça aurait une telle ampleur (...) Je demande pardon et présente mes condoléances aux victimes", a-t-elle déclaré. Néanmoins, "il faut que la justice fasse son travail", insiste-t-elle, tout en assurant "qu'il n'y a pas de complot et que le président Macky Sall n'est en rien mêlé à cette affaire".

Voir plus