Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tunisie : grève sur des sites pétroliers dans le sud

Tunisie : grève sur des sites pétroliers dans le sud

Tunisie

Des employés de sites pétroliers dans le Sahara tunisien se sont mis en grève ouverte samedi à l’appel du puissant syndicat UGTT pour appuyer les demandes des habitants de la région réclamant des emplois, ont indiqué le ministère de l’Energie et le syndicat.

La production de pétrole est “partiellement affectée”, a indiqué à l’AFP Hamed Elmatri, conseiller chargé des hydrocarbures au ministère de l’Energie, tout en soulignant que des négociations étaient en cours.

Cette grève intervient après des troubles sociaux fin juin à Tataouine (sud), aux portes du désert, lorsque la police avait tenté de disperser par la force des sit-in de chômeurs réclamant les emplois promis par le gouvernement en 2017.

Cette année-là, après plusieurs semaines de blocage de la production pétrolière sur le site d’El Kamour, le gouvernement avait signé un accord sous la médiation de l’UGTT, prévoyant d’importants investissements dans cette région marginalisée et des milliers de recrutements dans des structures publiques.

Mais en trois ans, moins de la moitié de cet accord a été concrétisé, selon l’ONG anti-corruption I Watch.

A l’issue de deux conseils ministériels spéciaux, le gouvernement a annoncé mercredi la concrétisation de 500 embauches d’ici 2020.

Le Premier ministre Elyes Fakhfakh, fragilisé par des luttes de pouvoir, a assuré jeudi que “l’Etat tiendra ses engagements envers la région de Tataouine”, tout en s’excusant “pour les excès et les injures” commis par les policiers à Tataouine.

Face à ces annonces jugées insuffisantes, la plupart des services publics se sont mis en grève vendredi à Tataouine, à l’appel de la puissante centrale syndicale UGTT.

La production de pétrole tunisienne est de 38 à 40.000 barils par jours en moyenne, dont 55% environ est produit dans la région de Tataouine, où sont implantés l’Autrichien OMV, l’Italien ENI et l’Anglais Atog, selon le ministère de l’Enrgie.

AFP

Voir plus