Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sierra Leone : guérir le traumatisme par le yoga

Sierra Leone : guérir le traumatisme par le yoga

Sierra Leone

Un programme de yoga dirigé par l’armée en Sierra Leone aide les soldats à surmonter des décennies de traumatisme causé par la guerre civile des années 90 et l‘épidémie d’Ebola de 2014.

L’un d’entre eux, le caporal Michael Kargbo, confie que le Yoga lui procure des bienfaits et lui fait oublier les mauvais souvenirs du passé. Alors âgé de 12 ans, Kargbo avait été enlevé par des rebelles et forcé à participer au conflit qui a duré de 1991 à 2002 et tué environ 50 000 personnes.

“J‘étais un rebelle avant, à partir de 12 ans, je viens du district de Kailahun, où les rebelles étaient basés. Nous avons eu des garçons qui ont tué leurs mères et leurs pères avant même d’avoir 12 ans. C’est à cet âge-là qu’ils m’ont emmené, et j’ai été avec eux jusqu‘à ce que j’aie grandi. Je n’avais personne pour m’aider ou m’encourager, et personne pour m’aider à retrouver une vie normale, personne. J’ai continué à me battre avec eux, à accumuler les traumatismes, à tuer des innocents”, a-t-il expliqué.

C’est le sergent Felixson Musa qui a présenté pour la première fois les bienfaits physiques et mentaux du yoga à ses supérieurs en 2014. Imprégner cette pratique dans l’armée n’a pas été chose facile, mais grâce à une étude militaire américaine selon laquelle, le yoga pouvait aider à soulager la dépression et le syndrome de stress post-traumatique, l’armée sierra-léonaise a accepté l’offre de formation régulière de Musa.

“Le yoga aide les gens avec des traumatismes, vous savez, les personnes atteintes d’Ebola. Vous savez, en faisant du yoga, je pense que vous ne pensez pas toujours à ce qui s’est passé, vous pensez au moment présent. C’est ce que je leur dis toujours : oublie ce qui s’est passé, je sais que tu as beaucoup souffert, depuis un bon moment, beaucoup, beaucoup. Pensez à ce que vous êtes en train de faire “, confie-t-il.

La majorité des Sierra-Léonais vivent avec une forme ou une autre de traumatisme causé par la guerre civile, l‘épidémie d’Ebola, ou ont été affectés par les inondations annuelles mortelles, affirme Musa.

Voir plus