Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Zimbabwe : de la bouse de vache comme protection hygiénique

Sandile Masina ramasse de la bouse de vache pour préparer un remède maison à Dete, près du parc national de Hwange, au Zimbabwe, le 25 mai 2022   -  
Copyright © africanews
ZINYANGE AUNTONY/AFP or licensors -

Zimbabwe

Dans les zones rurales du Zimbabwe, les filles sont contraintes d'utiliser de la bouse de vache pour se procurer des protections hygiéniques, l'inflation frappant les produits d'hygiène féminine.

Constance Dimingo, 19 ans, se tortille dans son fauteuil roulant en essayant de se rappeler la dernière fois qu'elle a utilisé une serviette hygiénique. "J'ai porté une serviette pour la dernière fois avant la mort de ma mère l'année dernière", se lamente-t-elle.

Un handicap physique congénital aggravé par la pauvreté a fait d'un cycle mensuel naturel une période de honte.

"Maintenant, je dois utiliser tout ce que je trouve, de la bouse de vache, des feuilles, des journaux et des tissus, pour empêcher le sang de couler. J'aimerais que ma mère soit encore en vie pour m'acheter des serviettes et des médicaments pour mes douleurs menstruelles", conclut-elle.

Située dans la ville rurale de Domboshava, à 30 km au nord de la capitale Harare, l'adolescente fait partie des 72 % de filles qui n'ont pas accès à des vêtements sanitaires commerciaux, selon une étude de l'Organisation néerlandaise de développement SNV au Zimbabwe.

Pour l'équivalent de 2 dollars américains, les serviettes hygiéniques sont hors de portée de la plupart des 3 millions de filles en période de menstruation dans le pays, qui vivent sous le seuil de pauvreté.

Constance, sa sœur épileptique et trois autres filles dépendent entièrement de l'aide de leur grand-mère malvoyante pour gérer leur hygiène menstruelle pendant cette période du mois.

Six femmes, trois handicaps et un désordre sanglant.

"Les serviettes hygiéniques sont un luxe que je ne peux pas me permettre pour mes filles", partage la grand-mère Vhene Gumedhe, expliquant ensuite comment fonctionne le processus de bouse de vache.

"Je prends la bouse, je la moule et je la laisse sécher pour qu'elle absorbe facilement le sang. Les filles ne mettent pas la bouse de vache directement sur la peau. Je la recouvre de plusieurs linges pour éviter les démangeaisons lorsqu'elle est placée sur les sous-vêtements. Ensuite, je leur montre comment fermer leurs parties intimes pour bloquer le saignement."

Elle conclut : "Les filles ont des flux abondants avec des cycles qui durent généralement six jours. Nous préférons cette méthode car les galettes de vache absorbent beaucoup de sang. Une fois trempé, nous nous en débarrassons en privé en l'enterrant dans le sol. Notre culture Shona ne permet pas aux hommes de voir de telles choses".

L'histoire de cette famille reflète celle de millions de femmes pauvres de ce pays d'Afrique australe qui ont recours à des méthodes désespérées pour gérer leurs règles.

Selon le ministère des affaires féminines et de la jeunesse, 67 % des filles manquent l'école pendant leurs menstruations en raison du manque d'accès aux produits hygiéniques et aux installations sanitaires propres. Les filles handicapées abandonnent généralement l'école, comme ce fut le cas pour Constance.

Outre le fait qu'elles manquent l'école, les experts de la santé affirment que ces méthodes constituent un terrain propice à la prolifération de salmonelles, d'E. Coli et de plusieurs bactéries pouvant entraîner des infections de la santé reproductive.

"Les filles se plaignent de démangeaisons et de sensations de brûlure dans le vagin. Lorsqu'elles sont examinées à l'hôpital, nous constatons des infections à levures, des infections du tractus urogénital et des signes précoces de cancer du col de l'utérus dus à l'insertion dans le tractus vaginal", explique Theresa Nkhoma, puéricultrice au sein du ministère de la fonction publique, du travail et des affaires sociales.

"Nous plaidons pour que les femmes reçoivent des machines à coudre dans les villages afin qu'elles puissent apprendre à fabriquer des tampons réutilisables", propose l'agent de santé.

Le gouvernement du Zimbabwe s'est efforcé d'améliorer la situation en supprimant la taxe sur tous les produits sanitaires. Mais la pauvreté périodique est exacerbée par l'inflation qui s'élève à plus de 191,6 %, selon l'Agence nationale des statistiques du Zimbabwe.

Les familles doivent choisir entre l'achat de produits d'hygiène féminine et l'achat de nourriture, la plupart optant pour le second.

Vivant avec moins d'un dollar par jour, les serviettes hygiéniques restent un luxe pour Constance et ses sœurs, qui continuent de subir de plein fouet la crise économique du Zimbabwe.

Voir plus