Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Égypte place la COP27 sous l'objectif global de "mise en œuvre"

Sameh Choukri Ministre des Affaires étrangères d'Égypte.   -  
Copyright © africanews
Markus Schreiber/Copyright 2020 The Associated Press. All rights reserved -

Egypte

L'Égypte, qui accueillera le prochain sommet des Nations unies sur le changement climatique, incitera les pays à tenir leurs promesses de réduire fortement les émissions de gaz à effet de serre, facilitera les discussions "non contradictoires" sur l'indemnisation des pays en développement pour les conséquences du réchauffement climatique et permettra aux militants du climat de manifester, a déclaré le président entrant de la COP27.

Dans une interview accordée lundi à l'Associated Press, le ministre des affaires étrangères du pays, Sameh Shoukry, qui est également le président désigné de la prochaine conférence annuelle des parties, qui se tiendra en novembre dans la station balnéaire de la mer Rouge, Sharm El-Sheikh, a qualifié l'objectif global de "mise en œuvre".

Selon M. Shoukry, le dernier sommet, qui s'est tenu l'année dernière à Glasgow en Écosse, a finalisé de nombreux engagements pris lors de l'Accord de Paris en 2015, qui visait à réduire les émissions et à limiter le réchauffement climatique à 1,5 Celsius (2,7 Fahrenheit) depuis l'ère préindustrielle.

"Les engagements et les promesses doivent maintenant être mis en œuvre dans tous les secteurs du programme de lutte contre le changement climatique, qu'il s'agisse de l'adaptation, de l'atténuation ou du financement, des pertes et des dommages", a déclaré Shoukry, qui participait au Forum économique mondial de Davos, en Suisse.

"pertes et dommages"

Ces dernières années, de nombreux pays en développement et militants ont multiplié les appels de longue date en faveur de la création d'un fonds destiné à dédommager les pays pauvres des ravages causés par le changement climatique, dont les pays riches sont responsables de manière disproportionnée en raison de leurs émissions passées. Cet appel a été rejeté lors du sommet de l'année dernière.

De nombreux partisans de cette idée, souvent appelée "pertes et dommages", espèrent progresser sur ce point en novembre. Leurs arguments pourraient être renforcés par la portée symbolique de cette conférence qui se tient en Égypte, un pays en développement d'Afrique du Nord. M. Shoukry a déclaré que les protestations seraient autorisées pendant la conférence.

Les autorités égyptiennes répriment les manifestations qui ne sont pas sanctionnées par le gouvernement et se réservent le droit d'annuler ou de reporter toute manifestation, ce qui amène les militants à se demander quelles manifestations pourraient avoir lieu, le cas échéant, comme cela s'est produit lors des précédentes COP.

"Nous développons une installation adjacente au centre de conférence qui leur donnera la possibilité de participer, de militer, de manifester et d'exprimer leur opinion", a déclaré M. Shoukry.

"Et nous leur donnerons également accès, comme cela se fait traditionnellement un jour de négociations, à la cale de négociation elle-même."

Shoukry a déclaré que lors des réunions au Danemark au début du mois autour des engagements climatiques, il a invité les manifestants qui étaient à l'extérieur à parler avec lui.Il a qualifié la réunion de "productive" et a déclaré que les objectifs climatiques de l'Égypte rejoignaient ceux de nombreux manifestants.

"Nous reconnaissons leur impact, leur détermination, leur engagement pour que nous soyons tous honnêtes en tant que représentants du gouvernement et des partis, que nous ne devrions pas être délinquants et que nous nous montrions à la hauteur de la situation en traitant cette question très importante", a-t-il déclaré.

Avant d'accueillir la conférence, l'Égypte s'est empressée de lancer de nombreux accords sur les énergies renouvelables.

En mars, l'Égypte et la Norvège ont signé un accord portant sur plusieurs projets relatifs à l'hydrogène vert et à la construction d'infrastructures vertes dans les pays africains.

L'Égypte et la société d'énergie propre Scatec ont également signé un protocole d'accord de 5 milliards de dollars pour établir une usine dans la région du canal de Suez pour produire de l'ammoniac vert à partir d'hydrogène vert. Ces accords font suite à des années d'investissements constants dans les technologies éoliennes et solaires.

Voir plus