Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Le président Kaboré promet le retour de la sécurité

  -  
Copyright © africanews
OLYMPIA DE MAISMONT/AFP or licensors

Burkina Faso

C'est avec un sujet sur lequel il a été très critiqué que le président burkinabé a choisi d'ouvrir son discours. Investi ce lundi pour un second mandat à la tête du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré a promis de ramener "la sécurité et la stabilité" dans le pays en proie à la menace djihadiste. Devant une dizaine de chef d'Etats africains, il a assuré entendre les demandes des burkinabé.

Plusieurs candidats de l’opposition, dont son désormais chef de file Eddie Komboïgo, dirigeant de l’ex-parti au pouvoir de Blaise Compaoré, qui avaient dénoncé un scrutin entaché d’irrégularités, avant de féliciter le président Kaboré pour sa réélection, ont assisté à la cérémonie d’investiture.

"Ce nouveau quinquennat s'annonce avec plein de défis et d'espoir pour la construction de notre pays et la satisfaction des aspirations légitimes de notre peuple. Je tiens à rassurer, que je resterai attentif aux préoccupations de l'ensemble de mes compatriotes surtout en ce qui concerne la réconciliation nationale, la paix et la sécurité, gage de toute action de développement ", a déclaré le président du Burkina Faso.

Malgré les opérations militaires et la réponse amenée au niveau régionale par la force française "Barkhane" et les membres du G5 Sahel, le Burkina Faso n'a pas réussi à stopper les attaques sur son territoire. Mais le président Roch March Christian Kaboré se veut confiant pour le futur.

"Ces cinq dernières années, notre pays a été la cible de groupes armées terroristes dont les actions ont mis à mal nos efforts de développement, notre cohésion sociale et notre vivre ensemble. Cependant, avec le courage des fils et des filles de notre pays, le Burkina Faso est resté debout et continue sa marche héroïque vers un développement économique et social inclusif" a t-il poursuivi.

Roch Marc Christian Kaboré a également promis le lancement de consultations dans le but d'une réconciliation nationale. Une pacification nécessaire, dans un pays où les attaques djihadistes éclipsent trop les conflits inter-communautaires.

Voir plus