Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Tanzanie : étudiantes enceintes et mères adolescentes de retour à l'école

Samia Suluhu Hassan lors d'une visite de la région de Tanga, en Tanzanie, le 16 mars 2021   -  
Copyright © africanews
AP/Copyright 2021 The Associated Press. All rights reserved.

Tanzanie

La Tanzanie a annoncé mercredi sa décision d'autoriser les étudiantes enceintes et les mères adolescentes à poursuivre leurs études, balayant ainsi une interdiction très critiquée mise en place par le défunt John Magufuli.

En 2017, ce pays d'Afrique de l'Est avait commencé à expulser des filles enceintes des écoles étatiques et à leur interdire de retourner en cours après avoir mis au monde leur enfant, une décision critiquée par des militants des droits humains qui avaient appelé à l'abrogation de la loi.

Après le décès de John Magufuli cette année, Samia Suluhu Hassan, qui lui a succédé à la tête de l'Etat, a cherché à rompre avec certaines des politiques menées par l'ancien président.La ministre de l'Education, Joyce Ndalichako, a déclaré mercredi que "les écolières enceintes seront autorisées à poursuivre leurs études après l'accouchement".

"Les élèves du primaire et du secondaire qui abandonnent l'école pour diverses raisons, notamment l'absentéisme, la grossesse et divers problèmes familiaux, pourront retourner à l'école dans le système formel."

"Tests de grossesse"

John Magufuli avait juré qu'aucune étudiante qui tomberait enceinte ne terminerait ses études sous son mandat, affirmant qu'il était immoral que des jeunes filles soient sexuellement actives. "Je donne de l'argent pour qu'une étudiante étudie gratuitement. Et puis, elle tombe enceinte, accouche et après ça, retourne à l'école. Non, pas sous mon mandat", avait-il déclaré en 2017.

Cette décision avait été largement critiquée par des groupes de défense des droits humains et par des donateurs internationaux, qui ont coupé leur financement au pays en réponse aux politiques de John Magufuli. A cette période, Human Rights Watch (HRW) avait publié un rapport dans lequel l'ONG déclarait que des responsables d'écoles en Tanzanie effectuaient des tests de grossesse en vue d'expulser des étudiantes enceintes.

La Banque mondiale avait gelé un prêt de 300 millions de dollars (265 millions d'euros) pour l'éducation des filles pour protester contre cette interdiction. "La Banque mondiale salue l'annonce du gouvernement tanzanien sur la levée des barrières pour accéder à l'éducation", a réagi mercredi l'organisation.

Libertés fondamentales

Le parti d'opposition Alliance pour le changement et la transparence (ACT Wazalendo) s'est félicité que ses efforts aient été couronnés de succès : "Nous avons réussi ! Un exemple limpide d'une lutte sur de nombreux fronts", a déclaré le leader du parti, Zitto Kabwe.

Président à partir de 2015, surnommé le "Bulldozer" pour son leadership à poigne, John Magufuli, 61 ans, est officiellement mort le 18 mars de problèmes cardiaques. Mais son principal opposant affirme que le dirigeant, qui n'a cessé de minimiser l'impact du coronavirus et refusé de prendre des mesures pour endiguer la pandémie, est mort de la Covid-19.

En succédant à John Magufuli, la nouvelle présidente a largement révisé la politique du défunt président, s'engageant à défendre la démocratie et les libertés fondamentales, et à autoriser de nouveau les médias interdits. Mais l'arrestation fin juillet du leader du principal parti d'opposition, Freeman Mbowe, dénoncée par des associations de défense des droits et des pays occidentaux, a nuancé cette rupture. Freeman Mbowe est actuellement en procès pour "terrorisme".

Voir plus