Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

La zone des trois frontières au Sahel, foyer de crise multiforme

La zone des trois frontières au Sahel, foyer de crise multiforme
Mali   -  
Copyright © africanews
SOULEYMANE AG ANARA/AFP or licensors

Mali

La région dite des trois frontières, vaste espace aux contours vagues, concentre tous les maux du Sahel, des agissements djihadistes à la désertification en passant par les vieux conflits pour la terre, la défaillance de l'Etat ou l'afflux des déplacés.

A cheval sur le Mali, le Niger et le Burkina Faso, les trois frontières sont, avec le centre du Mali, la région la plus touchée par les violences. Les morts, civils comme militaires, s'y comptent par milliers et la fuite y est devenue un mode de vie. La dernière attaque, lundi contre un village de cette zone au Niger, y a fait 37 morts.

Concept géostratégique plus que zone géographique ou administrative, les trois frontières comprennent le nord du Burkina Faso provinces du Soum et de l'Oudalan, l'ouest du Niger, région de Tillabéri et le Gourma malien, zone comprise entre Hombori et Ansongo. La région est aussi appelée le Liptako-Gourma.

Un concept

Dans ces pays parmi les plus pauvres du monde, aux Etats très centralisés, les régions rurales et excentrées sont marginalisées.

Elles sont habitées par des sédentaires, surtout des agriculteurs, et des nomades principalement éleveurs, qui se déplacent au gré des saisons. La pression démographique, comme ailleurs au Sahel, est très forte.

Repaire djihadiste

Après l'apparition puis l'expansion de groupes liés à Al-Qaïda dans le nord du Mali à partir de 2012, un chef jihadiste, Adnan Abou Walid al-Sahraoui, fait allégeance à l'organisation Etat islamique (EI) en 2015.

Il s'installe avec son groupe, l'Etat islamique au grand Sahara (EIGS), dans la région des trois frontières où il recrute et travaille d'abord à son financement. Aujourd'hui, selon l'ONG Acled spécialisée dans la collecte de données des conflits, la grande majorité des attaques dans cette zone est le fait de l'EIGS.

Fin 2019, début 2020, plus d'une dizaine de camps isolés dans lesquels les soldats sahéliens sont retranchés sont les cibles de l'EI selon un mode opératoire éprouvé: l'attaque éclair de combattants à motos. Des centaines de soldats sont tués.

Riposte militaire

Après janvier 2020, l'opération française Barkhane, avec ses partenaires sahéliens, a concentré ses efforts militaires sur cette zone et contre l'EIGS.

Début 2021, le président Emmanuel Macron déclarait que l'EI avait perdu son emprise dans le secteur, interrogeant sa capacité à encore mener des actions d'envergure. Il a depuis annoncé que la France allait entamer fin 2021 la réduction progressive de ses effectifs militaires au Sahel au profit d'un dispositif allégé de 2.500 à 3.000 hommes, contre les quelque 5.000 qui composaient la force Barkhane amenée à disparaître.

Du côté malien des trois frontières, les groupes affiliés à Al-Qaïda et à l'EI se sont affrontés pour le contrôle territorial du Gourma. Les groupes affiliés à Al-Qaïda ont pris l'ascendant.

Début 2021, un bataillon tchadien de 1.200 hommes de la Force conjointe du G5 Sahel (Tchad, Mali, Mauritanie, Niger et Burkina Faso) y a été déployé, mais peu après, le 15 mars 2021, 33 soldats maliens sont tués lors d'une relève au poste de Tessit. L'EI a revendiqué l'opération.