Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éruption du Nyiragongo : Goma reste sous le choc

De retour sur les lieux de l'éruption, les habitants de Goma crient leur colère   -  
Copyright © africanews
AP Photo

République démocratique du Congo

Le quartier de Buhene ne ressemble plus qu'à une immense mer de lave après l'éruption samedi soir du volcan Nyiragongo. La coulée descendue du géant soudainement éveillé s'est arrêtée à quelques centaines de mètres de Goma, la principale ville du Nord-Kivu. Quinze personnes sont mortes: neuf personnes accidentées, deux calcinées, quatre prisonniers tués alors qu'ils tentaient de s'évader, a indiqué dimanche soir le porte-parole du gouvernement.

Un bilan qui aurait pu être plus lourd. Le Nyiragongo n'est pas surnommé le Volcan le plus dangereux du monde pour rien. 600 morts en 1977, une centaine en 2002 et des millions de déplacés.

Surpris samedi soir, à la tombée de la nuit, ils étaient encore des milliers poussés sur la route, leurs habitations menacées par les flammes. Beaucoup dorment dans la rue ayant renoncé à l'exil. D'autres ont rejoint la frontière rwandaise.

Tous gardent un oeil sur la montagne, les tremblements de terre, parfois très forts, ont secoué la ville à intervalles réguliers samedi, se multipliant à un rythme inquiétant dans l'après-midi et jusqu'en début de soirée. Plusieurs de ces secousses ont été ressenties jusqu'à Kigali, la capitale du Rwanda voisin.

"Cela créé la psychose dans les populations, ce sont de grosses secousses, même les maisons en dur bougent", a raconté un témoin.

Un autre interroge l’Observatoire Volcanique de Goma, censé observer l'activité du volcan.

"Est-ce qu'ils se soucient de nous ? Nous dénonçons l’incompétence de l’OVG. Nous exigeons la démission immédiate de son directeur et de toute son équipe. On ne s’attendait même pas à cette éruption. On a été surpris à 18h30, personne n’a mangé, des enfants se sont perdus. Moi j’ai perdu toute ma maison. Il y avait ma mère, mes frères, mes poules, tous mes biens. A quoi sert cet Observatoire volcanologique ? »

Selon la radio Onusienne Okapi, l'OVG en question ne surveillait plus le volcan depuis sept mois. Faute de budget, les financements de la Banque Mondiale s'étant arrêtés il y a près d'un an.

Toujours selon une source onusienne, citant un volcanologue, l'éruption de ce week-end "est exactement la même que celle de 2002": "aucun signe avant-coureur, seule la lave dans le cratère s'est vidée".

Le président Félix Tshisekedi a interrompu une tournée européenne pour rentrer d'urgence à Kinshasa et envoyé une délégation forte de plusieurs ministres sur place.

Voir plus