Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

L'Égypte tente de mettre fin au conflit israélo-palestinien

Sameh Shoukry avec Nikos Dendias, au Caire 20 mai 2021   -  
Copyright © africanews
-/AFP or licensors

Bande de Gaza

La diplomatie internationale s'active pour tenter de mettre un terme à l'escalade militaire entre Israël et la Palestine. Le ministre égyptien des affaires étrangères a rencontré le chef du comité central du Fath, Azzam Al-Ahmad.

Jeudi, le ministre égyptien des affaires étrangères Sameh Shoukry s'est entretenu avec Azzam Al-Ahmad, chef du comité central du Fatah, alors que l'Égypte poursuit ses efforts pour négocier un cessez-le-feu dans la bande de Gaza. Avant cette rencontre, la Ligue arabe avait convoqué une réunion extraordinaire au Caire pour exprimer sa solidarité aux Palestiniens, condamnant au passage les frappes aériennes israéliennes.

En début de semaine, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a déclaré que son gouvernement s'efforçait de mettre fin de toute urgence aux violences entre Israël et la Palestine.Ce cycle de violences entre Israël et Gaza a été déclenché après les tirs par le Hamas de salves de roquettes vers l'Etat hébreu le 10 mai, en solidarité avec les centaines de Palestiniens blessés lors de heurts avec la police israélienne sur l'esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de Jérusalem, dans le secteur palestinien de Jérusalem occupé par Israël depuis plus de 50 ans.

Depuis dix jours, l'armée israélienne pilonne la bande de Gaza, où la population locale vit de jour et de nuit sous le tonnerre de la guerre, selon des équipes de l'AFP sur place. Israël a profité de la situation, a indiqué mercredi un responsable militaire israélien, pour réduire les capacités militaires du Hamas. Dans la nuit de mercredi à jeudi, les avions de combat ont frappé les résidences d'au moins six dirigeants du Hamas, selon l'armée israélienne, tandis que le mouvement islamiste a revendiqué jeudi matin des tirs de mortier, de roquettes et d'artillerie après quelques heures de pause, notamment un barrage nourri en direction de la ville de Beersheva (sud). Un peu plus tôt, à Gaza, une famille palestinienne a été décimée à Deir al-Balah. Eyad Saleha, en fauteuil roulant, Amani, sa femme enceinte, et Nagham, leur fille de trois ans, ont péri dans un raid sur la bande de Gaza, selon les autorité locales.

La Croix-Rouge a estimé que les populations à Gaza et en Israël avaient un besoin urgent de répit, ajoutant dans un communiqué avoir informé Israël et le Hamas qu'à partir de jeudi son personnel se déplacerait pour apporter une réponse aux besoins urgents. Les deux parties ont une responsabilité claire de nous faciliter de tels mouvements. Lors des précédents conflits entre le Hamas et Israël, les signes de désescalades sont notamment passés par l'instauration de trêves humanitaires, parfois de 24h 00, pour permettre de laisser passer l'aide internationale et de réparer en urgence des infrastructures vitales endommagées.