Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Bénin : l'opposante Reckya Madougou incarcérée

AFP   -  
Copyright © africanews
AFP

Bénin

L'opposante béninoise Reckya Madougou, dont la candidature à la présidentielle du 11 avril avait été rejetée, a été placée sous mandat de dépôt, accusée d'avoir "planifié des exécutions en série de personnalités politiques", selon le porte-parole du gouvernement.

"Des compatriotes qui s'apprêtaient à commettre des crimes ont désigné Reckya Madougou comme leur commanditaire", a déclaré aux journalistes, Alain Orounla, porte-parole du gouvernement béninois.

Reckya Madougou, cheffe de file du parti Les Démocrates, proche de l'ancien président Boni Yayi, a "planifié des exécutions en série de personnalités politiques", a-t-il ajouté, soulignant qu'il s'agissait d'une "infraction très grave de terrorisme prévue et punie par les lois de la république".

"Une enquête préliminaire conduite par le parquet ne requiert aucune preuve. (...) Le procureur est autorisé à mettre aux arrêts qui il veut, quand il veut et comme il veut et c'est le tribunal après au vu de ce qui est présenté qui décide, acquitte, relaxe ou condamne", s'est défendu le porte-parole du gouvernement de Patrice Talon, montré du doigt pour avoir engagé le Bénin dans un tournant autoritaire.

Inculpée pour financement du terrorisme

Reckya Madougou avait été interpellée la semaine dernière à Porto-Novo en présence de Joël Aïvo, un autre candidat de l'opposition recalé pour l'élection présidentielle, qui s'est échappé au moment de l'arrestation.

Renaud Agbodjo, avocat de plusieurs figures de l'opposition actuellement en prise avec la justice, a confirmé qu'elle était "inculpée pour financement du terrorisme", et qu'une enquête était ouverte, mais qu'aucun procès n'était "en vue pour l'instant".

Par ailleurs, Sébastien Ajavon, important opposant arrivé troisième au dernier scrutin présidentiel et déjà condamné en 2018 à 20 ans de prison pour trafic de drogue, a été à nouveau condamné début mars par contumace à une deuxième peine de cinq de prison ferme pour "faux, usage de faux et escroquerie".

Voir plus