Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

RDC : Tshisekedi et Kabila accusés d'avoir "assassiné" l'État de droit

RDC : Tshisekedi et Kabila accusés d'avoir "assassiné" l'État de droit

République démocratique du Congo

L’opposant Martin Fayulu a accusé mercredi le président Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila d’avoir “assassiné l‘État de droit” en République démocratique du Congo, une attaque sans précédent au lendemain de l’invalidation de 23 de ses députés.

“Vous avez donc compris que par cette énième forfaiture d’une cour Constitutionnelle aux ordres, messieurs Félix Tshilombo (Tshisekedi) et Joseph Kabila ont assassiné l‘État de droit en faisant de la corruption le seul véritable salaire du juge et du magistrat”, a affirmé dans une déclaration M. Fayulu.

Il a annoncé “la suspension des activités parlementaires  de tous les parlementaires de Lamuka (sa coalition) jusqu‘à nouvel ordre”.

Candidat de l’opposition aux élections du 30 décembre 2018, M. Fayulu revendique la victoire à la présidentielle et n’a jamais reconnu celle de M. Tshisekedi, ni celle des pro-Kabila aux législatives.

C’est la première fois qu’il s’attaque avec des mots aussi violents à MM. Tshisekedi et Kabila, supposés avoir conclu un accord de coalition devant déboucher sur la constitution d’un gouvernement.

Des marches “de grande envergure” en vue

L’opposant Fayulu parlant au nom de la coalition Lamuka a annoncé des manifestations, alors que la RDC vit sa crise politique la plus tendue depuis la première transition pacifique de son histoire le 24 janvier, jour de l’investiture de M. Tshisekedi.

Il a notamment annoncé des marches jeudi à Kinshasa conduite par des “mamans” (femmes) et des députés.

Enfin il a annoncé pour le dimanche 30 juin, jour de la fête de l’Indépendance, “des manifestations de grande envergure” dans toute la République démocratique du Congo.

M. Fayulu affirmait parler “au nom de tous les leaders” de la coalition Lamuka (“Réveille-toi” en lingala) dont les opposants Moïse Katumbi, rentré d’exil le 20 mai, et l’ex-chef de guerre Jean-Pierre Bemba, qui annonce son retour à Kinshasa le dimanche 23 juin.

La crise politique connaît ces heures-ci un autre front en RDC, avec des tensions très vives entre les bases des partisans de MM. Tshisekedi et Kabila.

AFP

Voir plus