Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : libres, les jeunes filles kidnappées vivent dans la peur

Kidnapped girls, react as they reunite with family members in Jangebe, Zamfara state, on March 3, 2021   -  
Copyright © africanews
AMINU ABUBAKAR/AFP or licensors

Nigéria

Au Nigeria, même si les jeunes filles kidnappées on été relâché, vivre avec les séquelles est une nouvelle réalité à laquelle il va falloir s’adapter.

Apres 21 jours passées aux mains d’hommes lourdement armés le traumatisme d’être à nouveau en captivité semble être omniprésent, notamment pour Precious âgé de 14 ans. Aujourd’hui hospitalisée, elle faisait partie de ces jeunes filles kidnappées le 5 juillet dernier, alors qu’elles étaient endormies dans les dortoirs de leur lycée, au nord-ouest du Nigeria.

Sa mère Esther Joseph, témoigne d’un incident, qui lui a rendu sa fille traumatisée.

"Je l’ai amenée à l’hôpital de Wilbasun parce que c’est un bon dispensaire. Depuis que nous sommes ici, elle est très bien traitée. Hier, marcher était un problème, parler était problème. En s’asseyant, elle avait peur car elle est encore traumatisée par ces armes qu’ils utilisaient pour tirer et les effrayer lorsqu’\_ils étaient dans la brousse. et jusqu’à présent, elle vit dans la peur_." a t-elle précisée.

Le jour de l’attaque 121 élèves ont été kidnappées, samedi dernier, seulement Precious et 27 autres ont été relâchées par les assaillants. L’école leurs a versé une rançon. Une fois libérés, les médiocres conditions de détention, ont conduit plusieurs des victimes à se rendre à l’hôpital.

Williams Ayet, médecin a l’hopital de Willbesun affirme que "_i__ls dorment à l’extérieur avec cette saison des pluies alors ils sont exposés à des piqûres de moustiques et tout ce qui peut causer le paludisme, la typhoïde et plus encore_."

"Dieu merci, nous avons fait des tests, et jusqu’à présent aucun d’entre eux n’a le choléra, mais ils sont positifs à la typhoïde et au paludisme. Nous les avons mis sous traitement." a t-il ajouté.

Pendant leur captivité, les enfants ne mangeaient presque pas, les ravisseurs demandent même aux parents de leur fournir de la nourriture. Avec environ 1 000 étudiants et élèves enlevés au Nigeria depuis décembre 2020, les écoliers continuent d’être la cible des kidnappeurs en quêtede rançons.

Voir plus