Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Zimbabwe : la liberté sous caution d'un activiste de la contestation examinée la semaine prochaine

Zimbabwe : la liberté sous caution d'un activiste de la contestation examinée la semaine prochaine

Zimbabwe

Accusé de subversion pour son soutien aux manifestations contre la hausse des prix du carburant la semaine dernière, le pasteur et activiste zimbabwéen Evan Mawarire reste en prison. C’est la semaine prochaine que la haute cour de justice examinera sa demande de liberté sous caution.

Publié à 10h GMT, mis à ajour à 13h GMT

Mawarire, qui est toujours détenu à la prison maximale de Chikurubi à Harare, n’était pas présent à l’audience de vendredi. Le pasteur et activiste fait partie des 100 personnes de la capitale et d’autres villes qui ont fait l’objet de poursuites judiciaires vendredi à Harare et dans d’autres villes, ont déclaré des avocats.

Ils sont poursuivis pour leur rôle dans les manifestations contre la hausse des prix du carburant déclenchées par la Confédération syndicale du Zimbabwe (ZCTU), principale centrale syndicale du Zimbabwe.

L’avocat Tonderai Bhatasara a déclaré à la cour que Mawarire était disposé à rendre les titres de propriété au domicile de ses parents, son passeport, à déposer 500 $ auprès du tribunal et à présenter des rapports hebdomadaires à la police dans le cadre des conditions de sa libération.

«En ce qui concerne les preuves présentées, le requérant s’est acquitté de son devoir et a démontré qu’il était dans l’intérêt de la justice de le faire admettre sous caution», a déclaré Bhatasara.

Les procureurs, cependant, ont déclaré que Mawarire constituait un risque de fuite et commettrait probablement une infraction similaire si elle était libérée.

Les forces de l’ordre accusées de torture

Le juge Tawanda Chitapi a annoncé qu’il prendrait une décision mardi, mais il a laissé entendre qu’il pourrait émettre une ordonnance de bâillon sur Mawarire afin de ne pas publier de vidéos similaires à celle qui constitue le fondement de la cause de l’État jusqu’à la fin du procès.

La commission indépendante des droits de l’homme du Zimbabwe a accusé les forces de sécurité de torture systématique. L’opposition craint que les soldats ne puissent tirer et tuer sans être tenus pour responsables, après une enquête officielle selon laquelle l’armée aurait tiré sur des civils pour réprimer les violences post-électorales en août dernier.

Mawarire n’est pas à ses premiers ennuis judiciaires. Il est devenu célèbre pour son activisme contre le régime de Mugabe. En 2016 par exemple, il est accusé d’avoir tenté de renverser le chef de l‘état à cause de son rôle la fronde anti-Mugabe.

Après le départ du héros de la lutte pour l’indépendance qui a démissionné en novembre 2017, la justice abandonne toutes accusations portées contre le candidat malheureux aux élections locales de juillet 2018.

Le président Emmerson Mnangagwa a annoncé des hausses de carburant avant de partir pour une tournée européenne il y a deux semaines. Il a été contraint d’interrompre sa tournée et de rentrer chez lui à cause du « chaos » qui régnait dans le pays du fait de la violente répression des manifestations (des dizaines de morts et blessés) contre la hausse des prix du carburant.

Mnangagwa a renoncé à participer au Forum économique mondial de Davos. À son retour, il a dénoncé les pratiques des forces de l’ordre, promis des enquêtes et appelé au dialogue.

>>> LIRE AUSSI : Zimbabwe : une figure de la contestation au régime arrêtée
>>> LIRE AUSSI : Zimbabwe : retour au calme ou à l’anormale ?
>>> LIRE AUSSI : Zimbabwe : 68 blessés soignés, 17 opérations chirurgicales
Voir plus