Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Manifestations au Zimbabwe : le gouvernement contraint de rétablir internet

Manifestations au Zimbabwe : le gouvernement contraint de rétablir internet

Zimbabwe

Une victoire de la société civile sur le gouvernement du Zimbabwe. Au plus fort des manifestations dans le pays sur la cherté de la vie, Harare avait décidé de façon unilatérale de suspendre internet dans le pays. Une décision jugée anti-constitutionnelle par une cour de justice.

Econet Wireless, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du Zimbabwe, a informé sa clientèle ce lundi, qu’il rétablirait tous ses services internet ce jour même. L’opérateur met ainsi en application une décision de la Haute Cour de justice du Zimbabwe, saisie par des groupes de défense des droits de l’homme. Ces derniers s’opposaient à la directive du gouvernement de suspendre internet, au motif qu’elle enfreignait les droits constitutionnels à la liberté d’expression et à la liberté des médias.

Une ligne de défense reprise par la Haute Cour de justice, qui estime également que le ministre d‘État n’avait pas le pouvoir d’ordonner aux opérateurs de téléphonie mobile de bloquer l’accès Internet aux clients dans la foulée des manifestations contre les prix élevés du carburant, la semaine dernière.

Ces manifestations ont embrasé la rue zimbabwéenne, faisant jusqu‘à 12 morts et 78 blessés par balle, selon le Forum des ONG des droits de l’homme au Zimbabwe, une coalition d’organisations qui a recensé plus de 240 cas d’agressions et tortures. Des violences vivement condamnées par la communauté internationale, mais que le gouvernement met au compte de l’opposition, accusée de fomenter le désordre.

La violente répression, de même que les coupures internet, nourrissent l’inquiétude de voir le Zimbabwe renouer avec les pratiques connues sous le règne du président Robert Mugabe, chassé du pouvoir en novembre 2017 par les militaires. L’ancien vice-président Emmerson Mnangagwa, 76 ans, qui l’a remplacé, s‘était engagé à relancer l‘économie après deux décennies de crise. Mais depuis octobre 2018 se déroulent des manifestations contre les pénuries, l’inflation et la dépréciation de la monnaie qui ont tourné à l‘émeute la semaine dernière après l’annonce lundi d’un doublement du prix des carburants.

Voir plus