Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigeria : plus de 300 000 munitions interceptées par l'armée

Nigeria : plus de 300 000 munitions interceptées par l'armée

Nigéria

L’armée nigériane a arrêté jeudi matin trois camions transportant plus de 300 000 cartouches de fusil à pompe. Les membres de l‘équipage sont jusqu’ici introuvables.

C’est dans l‘État d’Ogun au sud-ouest du Nigeria que ces trois camions ont été arrêtés hier matin par l’armée. Selon une autorité, le convoi provenait du Bénin sans pour autant déterminer sa destination.

Toutefois, l’armée se félicite de la réussite de l’opération. Un succès imputable à la collaboration des citoyens « de bonne foi » qui ont alerté les autorités en « temps réel » et à la mobilisation conjointe de plusieurs entités. « À la suite d’appels reçus de Nigérians bien intentionnés, nos équipes de patrouille en collaboration avec la Police, le Service de Sécurité de l’Etat, SSS, le Corps de Sécurité et de Protection Civile, ont intercepté les camions chargés de cartouches au village de Balogun, sur la route d’Agbogila, route d’Ilara », a expliqué à la presse, le brigadier général Olaniiyi Olatunde.

À quoi devaient servir ces munitions ?

Ces munitions auraient échappé à la vigilance des forces de l’ordre. Car, « elles étaient bien cachées dans des boîtes dissimulées de manière à échapper à une patrouille ou un point de contrôle de police », a poursuivi l’officier.

D’après, les autorités nigérianes, les membres de l‘équipage ont tous fui au moment de leur interpellation. « Lorsque nos troupes les ont arrêtés pour la fouille, les occupants ont pris la fuite, nous les avons poursuivis, mais en vain. Toutefois, la traque continue », a rassuré le brigadier général Olaniiyi Olatunde.

Mais, à quoi devraient servir ces cartouches ? En attendant la réponse à cette question, l’incident intervient dans un contexte sécuritaire des plus alarmants au Nigeria. Tant le pays éprouve jusqu’ici toutes les peines à se défaire de Boko Haram au nord-est et à mettre fin aux violences intercommauntaires enregistrées depuis des lustres au centre. Sans oublier les poussées séparatistes du Biaffra au sud-est, même si on observe une sorte de répit depuis l’année dernière.

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : la ville de Bama toujours sous la menace de Boko Haram

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : l’armée arrêtera-t-elle les violences intercommunautaires dans le centre ?

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : au moins quatre morts dans des violences intercommunautaires

>>> LIRE AUSSI : Nigeria : le grand défi de Buhari au Biafra

Voir plus