Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Nigéria : les fondeurs attendent le retour des "Bronzes du Bénin"

Des sculptures connues sous le nom de "bronzes du Bénin" photographiées lors de la signature d'un accord visant à les restituer au Nigeria, en Allemagne 1/07/22   -  
Copyright © africanews
ADAM BERRY/AFP or licensors -

Nigéria

Les ancêtres reviennent au Nigéria et les fondeurs locaux s'en réjouissent. Au début du mois, le Horniman, un musée situé à Londres, a annoncé qu'il allait restituer 72 objets pillés par les britanniques en 1897, dans l'ancien royaume du Bénin situé au sud de l'État d'Edo, dans l'actuel Nigeria.

Le Musée national du Bénin accueillera bientôt le patrimoine qui a quitté le pays depuis le 19e siècle. Ils rejoindront d'autres objets qui ont déjà été rapatriés, notamment l'"Okukor", une sculpture de coq prise par les forces coloniales britanniques et restituée au Nigeria par le Jesus College de Cambridge en octobre 2021.

Cette décision intervient après que la Commission nationale des musées et des monuments du Nigeria a officiellement demandé leur restitution au début de l'année.

"Les ancêtres reviennent, donc tout le monde attend et espère pouvoir contempler ces objets", explique Theophilus Umogbai, directeur et conservateur du musée national de la ville de Bénin, qui a reçu deux pièces du Royaume-Uni l'année dernière.

"Les gens parlent de ces objets depuis 1897, mais nous ne sommes pas en mesure d'y accéder, de les contempler, de les voir", ajoute-t-il.

Les artefacts sont plus que de simples objets décoratifs, selon M. Umogbai.

"Chacun des objets emportés représentait un ancêtre en captivité, pas seulement une œuvre d'art mais un ancêtre en captivité. Cela vous montre l'importance de ces objets. Ils font donc partie de notre histoire et lorsqu'ils ont été enlevés, c'est notre bibliothèque civile qui a été pillée et vandalisée, leur retour maintenant aidera à combler ces lacunes", dit-il.

La collection du Horniman ne représente qu'une petite partie des 3 000 à 5 000 artefacts pris au Royaume du Bénin en 1897, lorsque les soldats britanniques ont attaqué et occupé la ville de Benin City, alors que la Grande-Bretagne étendait son influence politique et commerciale en Afrique occidentale. Benin City était la capitale du royaume du Bénin, qui fait aujourd'hui partie du Nigeria.

Le British Museum détient à lui seul plus de 900 objets provenant du Bénin, et le National Museum of Scotland en possède 74 autres.

D'autres ont été distribués à des musées du monde entier.

Les artefacts comprennent des plaques, des figures animales et humaines, ainsi que des articles d'apparat royal fabriqués en laiton et en bronze par des artistes travaillant pour la cour royale du Bénin. Le terme général de "bronzes du Bénin" s'applique parfois à des objets en ivoire, corail, bois et autres matériaux, ainsi qu'à des sculptures en métal.

Pour les fondeurs de bronze, qui ont appris leur savoir-faire de leurs ancêtres, il est très important de voir les objets fabriqués par leurs ancêtres de retour sur leur terre.

"C'est notre patrimoine, nous n'avons pas vu ces bronzes, ils ont été fabriqués par nos ancêtres. Ce bronze est un héritage, cela signifie qu'il est très, très important, s'ils peuvent ramener ce bronze, nous serons très heureux", déclare Osapowa Ewen, fondeur de bronze.

Des pays comme le Nigeria, l'Égypte et la Grèce, ainsi que des peuples indigènes d'Amérique du Nord à l'Australie, demandent de plus en plus souvent le retour d'objets et de restes humains dans le cadre d'une réévaluation mondiale du colonialisme et de l'exploitation des populations locales.

Le Nigeria et l'Allemagne ont récemment signé un accord pour le retour de centaines de bronzes du Bénin.

Cet accord fait suite à la décision du président français Emmanuel Macron, l'année dernière, de céder 26 œuvres d'art du royaume du Dahomey (XIXe siècle), l'actuel Bénin, situé à l'ouest du Nigeria. Mais les institutions britanniques ont été plus lentes à réagir.

Le ministère fédéral de l'information et de la culture du Nigeria a officiellement demandé au British Museum de restituer ses bronzes du Bénin en octobre dernier. Le musée a déclaré qu'il travaillait avec un certain nombre de partenaires au Nigeria et qu'il s'engageait à mener une "enquête approfondie et ouverte" sur l'histoire des objets du Bénin et le pillage de Benin City.

De retour à Londres, le musée Horniman reconnaît qu'il détient des objets "obtenus par la violence coloniale". Les bronzes sont actuellement exposés avec des informations reconnaissant leur retrait forcé de Benin City et leur statut contesté.

Voir plus