Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Commonwealth : le Prince Charles joue la carte de la liberté

Le prince Charles, la secrétaire générale du Commonwealth, Patricia Scotland, le président du Rwanda, Paul Kagame, et le premier ministre britannique, Boris Johnson, au sommet   -  
Copyright © africanews
Muhizi Olivier/Copyright 2022 The Associated Press -

Rwanda

A Kigali au Rwanda, au sommet du Commonwealth, le princes Charles s’est exprimé vendredi sur la relation entre la couronne et les pays membres. Le Prince de Galles joue la carte de la liberté .

"Le Commonwealth compte en son sein des pays qui ont eu des relations constitutionnelles avec ma famille, certains qui continuent à en avoir et, de plus en plus, ceux qui n'en ont pas. Je tiens à dire clairement, comme je l'ai déjà dit, que l'arrangement constitutionnel de chaque membre en tant que république ou monarchie est purement une question que chaque pays membre doit examiner. '', a-t-il déclaré.

Après avoir fait part de sa douleur face à l’esclavage, l’héritier du trône britannique a appelé à revisiter ce passé.

''Je tiens à reconnaître que les racines de notre association contemporaine plongent dans la période la plus douloureuse de l'histoire. Je ne peux pas décrire la profondeur de ma douleur personnelle face à la souffrance de tant de personnes, alors que je continue à approfondir ma propre compréhension de l'impact durable de l'esclavage. Si nous voulons forger un avenir commun qui profite à tous nos citoyens, nous devons aussi trouver des moyens, de nouvelles façons de reconnaître notre passé. Tout simplement, c'est une conversation dont le temps est venu."m a expliqué le Prince Charles. 

A Kigali, le Royaume Uni a promis 160 millions de livres sterling. L’enveloppe sera investie dans l'hydroélectricité en Afrique, afin de générer de l'électricité pour 3 millions de personnes sur le continent. Son premier ministre qui a fait cette annonce a fait l’éloge de la zone de libre-échange continentale africaine. Pour Boris Johnson, l’initiative va générer plus de capitaux que l'Afrique ne pourra jamais recevoir d'aide internationale.

Voir plus