Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Éthiopie : le musée des Martyrs endommagé par les émeutes de l'Aïd

Vue de la façade endommagée du musée de la Terreur rouge dans la ville d'Addis-Abeba, en Éthiopie, le 3 mai 2022   -  
Copyright © africanews
EDUARDO SOTERAS/AFP or licensors -

Ethiopie

Au lendemain des affrontements qui ont eu lieu entre la police et les musulmans le jour de l’Aïd en Ethiopie, l’heure est à l’observation des dommages dans la capitale Addis Abeba.

Mardi, alors que la police éthiopienne a déclaré que l’ordre avait été rétabli après que des manifestants ont lancé des pierres sur les vitres du musée national de la place Meskel, la responsable de l’établissement commémoratif des martyrs de la Terreur rouge énumère la liste des dégâts causés.

"Toutes les vitres du musée sont brisées. Une voiture qui a été utilisée par Mengistu Haile Mariam (ancien dictateur éthiopien, ndlr), qui est maintenant la propriété du musée, est endommagée. Le minibus utilisé pour le transport est également endommagé. Le café, le magasin d'informatique et la librairie, qui sont gérés par le musée, sont complètement détruits." s'est offusquéeMulalem Assefa, responsable du musée commémoratif des martyrs de la Terreur rouge. 

Lundi, alors que les musulmans éthiopiens étaient invités à faire la prière dans le stade international pour célébrer la fin du mois de Ramadan, d’autres fidèles se sont installés à l’extérieur de l’établissement par manque de place et ont commencé à prier sur la place Meskel.

Des témoins disent qu’un policier aurait déclenché une cartouche de gaz lacrymogènes par accident sur la foule, des tirs qui ont déclenché une confrontation. Selon ces derniers, la situation est ensuite devenue incontrôlable.

"Les manifestants sont venus de l'extérieur, jetant des pierres et brisant les verres. Ensuite, ils ont brisé les chaises et les tables dans le jardin. Et puis, ils sont entrés à l'intérieur du café, ont brisé la télévision et de nombreux équipements à l'intérieur." a déploré Ermais Wolday, propriétaire du café endommagé par les manifestants.

Le Haut Conseil des affaires islamiques d'Addis-Abeba a déclaré que "les troubles n'étaient pas un problème entre chrétiens et musulmans."

Cet incident intervient en effet une semaine après qu’au moins 20 musulmans soient morts attaqués pendant des funérailles à Gondar dans le nord-ouest du pays, par des chrétiens extrémistes lourdement armés.

Voir plus