Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Economie

business

Inflation : les Ougandais luttent pour nourrir leurs familles

Un marché à Kampala, Ouganda   -  
Copyright © africanews
AP Photo -

Ouganda

Face à l'augmentation constante des prix des produits de base en Ougands, les habitants inquiets et contraints de déserter les marchés de Kampala la capitale, se demandent jusqu’à quel point la situation va s’aggraver.

La guerre en Ukraine a par exemple interrompu les expéditions de céréales, d’ogre ou encore d’huile de tournesol et provoqué l’augmentation des prix.

Pour certains Ougandais, comme Susan Wasige, qui vivent à Kampala avec moins de 5 dollars par jour cela signifie une lutte toujours plus grande pour joindre les deux bouts.

" Nous pouvons à peine nous permettre quoi que ce soit. Depuis des semaines, je donne aux enfants de la nourriture juste bouillie dans de l'eau, parfois quand j'ai de la margarine, je mélange la sauce pour qu'ils puissent manger. Nous avons même renoncé au sucre parce que nous ne pouvons pas nous le permettre, tout est très cher."

Si pour le gouvernement, la pandémie prolongée de coronavirus et la guerre en Ukraine sont à l’origine de la flambée des prix de base, il s’efforce de gérer la situation.

"La situation a été aggravée par le conflit russo-ukrainien qui a encore perturbé l'approvisionnement en pétrole, en céréales comme le blé, le maïs, l'huile de tournesol ainsi qu'en métaux essentiels comme l'aluminium et le nickel. Les deux pays sont de grands producteurs et exportateurs de ces produits de base." a déclaré David Bahati, ministre d'État ougandais du Commerce.

Les analystes économiques pensent que le gouvernement doit changer son approche pour aider les Ougandais qui se remettent encore des perturbations du Covid-19.

"........ Le gouvernement devrait avoir la capacité ou l'intérêt ou la volonté de pouvoir dicter certaines de ces choses, parce qu'une fois que vous laissez tout aux forces du marché, vous laissez tout aux hommes d'affaires ou au secteur privé. Dans une large mesure, le secteur privé est un peu égoïste, car son principal objectif est de faire du profit, alors dans quelle mesure devrait-il être autorisé à faire du profit ? Je pense que seul l'État peut intervenir et mettre une limite à cela." a expliquéHerbert Jaluum, PDG de Young Treps/analyste commercial.

Ces dernières semaines, de nombreuses stations-service se sont retrouvées à sec, les Ougandais voyant les prix des carburants grimper en flèche.

Le gouvernement ougandais affirme qu'il mettra en place des mesures visant à protéger les Ougandais contre les individus qui tentent de profiter de la population.

Voir plus