Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Sahara Occidental : Madrid et Rabat s'accordent, le Polisario s'énerve

Le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez est accueilli par le Premier ministre marocain Aziz Akhannouch à Rabat pour une visite officielle, au Maroc, jeudi 7 avril 2022.   -  
Copyright © africanews
Mosa'ab Elshamy/Copyright 2022 The Associated Press. All rights reserved. -

Maroc

Le Maroc a rouvert ce mardi ses liaisons maritimes pour les passagers avec l'Espagne, à la suite de la normalisation des relations entre les deux pays, a indiqué le ministère des Transports.

"Les compagnies maritimes vont reprendre progressivement leurs services passagers entre les ports marocains de Tanger Med et de Tanger-Ville et les ports espagnols d'Algesiras et de Tarifa", a précisé le ministère dans un communiqué.

Situé sur le littoral nord du Maroc, sur le détroit de Gibraltar, à 14 km seulement des côtes espagnoles, Tanger est l'un des plus grands ports de Méditerranée, avec Marseille et Algesiras.

A 40 km à l'est de la ville, a été construit le complexe industrialo-portuaire de Tanger Med, opérationnel depuis 2007 et dont les terminaux ont traité plus de sept millions de conteneurs en 2021.

Si la reprise du trafic régulier des passagers et des autocars est programmée mardi, les automobilistes devront patienter, eux, jusqu'au 18 avril.

Brouillé diplomatiquement avec l'Espagne, le Maroc avait maintenu jusqu'à présent l'interdiction du trafic maritime de passagers avec l'Espagne -- un mode de transport prisé par les Marocains résidant en Europe -- après la réouverture de ses frontières maritimes fermées par la pandémie de Covid-19.

Mais Madrid a mis fin à près d'un an de crise le 18 mars dernier après avoir opéré un revirement sur la question du Sahara occcidental et reconnu le plan d'autonomie marocain pour ce territoire disputé.

La réconciliation entre l'Espagne et le Maroc a été scellée jeudi avec la visite à Rabat du Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, quand les deux pays voisins ont décidé d'"inaugurer une étape inédite" de leur partenariat.

"Nous allons procéder à la réouverture progressive des passages frontaliers, pour garantir un flux ordonné des personnes (...) et les marchandises circuleront également normalement", avait alors promis le dirigeant espagnol.

Le conflit du Sahara occidental -- vaste territoire désertique riche en phosphates et aux eaux très poissonneuses -- oppose depuis des décennies le Maroc aux indépendantistes sahraouis du Front Polisario, soutenus par l'Algérie.

L’Espagne affichait jusqu’ici sa neutralité sur ce dossier épineux, mais le revirement de Madrid en faveur de la position marocaine a déclenché la colère des indépendantistes sahraouis. Dimanche, le Front Polisario a annoncé rompre tout contact avec le gouvernement espagnol, justifiant cette rupture sur "le principe que l'État espagnol a des responsabilités envers le peuple sahraoui et les Nations unies, étant la puissance administratrice du territoire, des responsabilités qui demeurent ainsi imprescriptibles".

Pour Madrid, le rétablissement des relations avec Rabat a pour but principal de s'assurer de sa "coopération" dans le contrôle de l'immigration illégale alors que le Maroc, d'où partent la plupart des migrants vers l'Espagne, a été régulièrement accusé, par nombre d'observateurs, de les utiliser comme moyen de pression.

Rabat prône un statut d'autonomie sous souveraineté marocaine, le Polisario réclame un référendum d'autodétermination sous l'égide de l'ONU.

Voir plus