Bienvenue sur Africanews

Merci de choisir votre version

Regarder en direct

Infos

news

Basket US : Oscar Tshiebwe, la force congolaise de Kentucky

Basket US : Oscar Tshiebwe, la force congolaise de Kentucky
Oscar Tshiebwe contre la Floride pendant la deuxième mi-temps d'un match de basket-ball universitaire, le 5 mars 2022, à Gainesville, en Floride   -  
Copyright © africanews
Matt Stamey/Copyright 2022 The Associated Press -

Etats-Unis

Oscar Tshiebwe a conquis les fans de basket-ball de Kentucky par son jeu sur le terrain et sa personnalité affable en dehors du terrain.

Ce natif de la République démocratique du Congo (RDC), qui mesure 2 m 06, est le pilier de l'attaque du des Wildcats grâce à sa ténacité sur le terrain et à ses talents de rebondeur, du jamais vu à Kentucky depuis une génération. Il se dit heureux d'être dans cette position et ne semble jamais s'arrêter de sourire.

"Je passe simplement plus de temps à améliorer les choses que je suis capable de faire, comme le rebond et la course sur le terrain", déclare Oscar Tshiebwe, un junior qui a été transféré au printemps dernier après une demie saison à West Virginia. "Le reste des choses vient.Mon attaque s'améliore, ma capacité à passer s'améliore. Il s'agit de faire ce que vous faites le mieux, (et) de continuer à vous améliorer."

Oscar Tshiebwe répond à presque toutes les demandes d'autographes et de selfies, ce qui peut perturber son emploi du temps. Il s'est récemment rendu dans une église de Lexington, où des fans en quête de photos ont causé le retard de la messe d'environ 30 minutes. Un coéquipier des l'a un jour réprimandé pour son retard alors qu'il signait des autographes à l'extérieur du dortoir, au moment où ils montaient dans le van de l'équipe en direction de la Rupp Arena.

"Cela vous montre qu'il tient vraiment à chacun de ses fans", avance Sahvir Wheeler. "Il veut que chacun d'entre eux ait le sentiment d'avoir eu un impact, ou qu'il puisse illuminer leur journée par un sourire ou une photo. Et cela vous dit qui il est en tant que personne avant d'être un joueur de basket".

Le Congolais pourrait un jour diriger une congrégation, pas une équipe de basket. Son défunt père, Mbuyi, était pasteur et le géant du Kentucky parle souvent de sa foi et se souvient d'une enfance passée à l'église. Le mois dernier, Oscar Tshiebwe a assisté à un service à l'église baptiste de Broadway, où il a parlé pendant 15 minutes avec sa congrégation africaine. Le pasteur Daniel Ausbun a perçu chez le joueur une passion qui, selon lui, révélait un appel au ministère.

"Il voulait sincèrement avoir l'occasion de prêcher et de recevoir des commentaires sur la façon dont il pourrait être un meilleur prédicateur", confie Daniel Ausbun, ajoutant que le basketteur avait passé 40 minutes à saluer les gens."C'est comme au basket. L'entraîneur (John) Calipari a parlé de la façon dont il travaille dur dans le gymnase et à l'entraînement", a déclaré le pasteur. "Il a fait la même chose dans la prédication".

Sur le terrain, Oscar Tshiebwe n'est pas la seule raison pourquoi Kentucky (26-7) est en course pour remporter un neuvième championnat national. Les Wildcats, tête de série n° 2 dans la région Est, ont peut-être leur meilleur mélange d'expérience depuis l'équipe championne de 2012, menée par le jeune Anthony Davis.

Le trio arrière de Kentucky est composé des vétérans Wheeler et Kellan Grady - tous deux transférés - et du jeune TyTy Washington Jr. tandis que le trio avant est composé de Keion Brooks Jr. et Oscar Tshiebwe. Les cinq titulaires ont une moyenne d'au moins 10 points par match, ce qui donne aux Wildcats la profondeur nécessaire pour aller loin dans le tournoi NCAA.

Mais Oscar Tsheibwe est le point d'ancrage incontestable. Il a une moyenne de 17,0 points et 15,1 rebonds par match, ce qui le place en tête du classement national. Le natif de RDC a réalisé un double-double lors de 15 matchs consécutifs. Il a un total de 27 doubles-doubles pour la saison, dépassant ainsi le record de Dan Issel. Le record de Kentucky (26), établi en 1969-70, est égal à celui de Fardaws Aimaq (Utah Valley).

"Les choses qu'il fait n'avaient pas été faites depuis 50 ans", affirme son entraineur John Calipari. "Il a fait de bonnes choses, je peux vous le dire. Je suis fier de lui". La mère d'Oscar Tshiebwe l'est aussi, et il espère qu'elle pourra le voir en personne montrer toutes les bonnes choses qu'il fait. Il s'efforce de faire venir Kaya Rosalie aux États-Unis à temps pour le voir dans le tournoi de la NCAA.Ce que Kaya verrait, c'est son fils de 100 kg jouant à la balle au prisonnier.

Mais malgré son physique - Oscar Tshiebwe a réussi 58 interceptions et 53 blocages, les deux records de l'équipe - il n'a commis qu'une seule faute cette saison. C'était samedi, lors de la défaite contre Tennessee dans le tournoi de la Southeastern Conference"Parfois, je n'arrive pas à croire ce que je fais, car je n'ai jamais rêvé de faire tout ce que je fais maintenant", déclare-t-il. "Je pense que Dieu m'aide et je suis très reconnaissante pour tout."

Oscar Tshiebwe aura probablement d'autres raisons d'être reconnaissant, car il pourrait remporter un grand nombre de récompenses d'après-saison. Il a déjà été nommé joueur SEC de l'année par l'Associated Press et les entraîneurs de la conférence, qui l'ont également choisi dans l'équipe all-defensive. Il est l'un des principaux candidats pour tous les titres de joueur national de l'année, y compris les prix Naismith et Wooden, où il pourrait devenir le deuxième lauréat du Kentucky et le premier depuis Davis en 2012.

Oscar Tshiebwe ne pensait pas aux récompenses individuelles lorsqu'il est resté sur le banc de touche au printemps dernier et a regardé Kentucky trébucher avec un bilan de 9-16 et manquer le tournoi NCAA. En 2021, il était à la recherche d'un nouveau départ après une première saison prometteuse au cours de laquelle il a mené la WVU en termes de score et de rebond.

Lors d'une conférence de presse virtuelle en avril dernier, Oscar Tshiebwe a déclaré qu'il n'était pas heureux à Morgantown et que les choses ne fonctionnaient pas. Son humeur est devenue plus optimiste alors qu'il se réjouissait de voir comment son jeu pourrait s'épanouir à Kentucky.

"Il est tellement détendu et à l'aise qu'il adore Kentucky", dit Rick Mancino, son entraîneur à la Kennedy Catholic High School près de Pittsburgh. "Il aime les gens. Je pense que c'est réciproque. Il se soucie d'eux autant qu'ils se soucient de lui. Et je pense qu'il apprécie cela."

L'enthousiasme d'Oscar Tshiebwe a clairement déteint sur ses coéquipiers_. _"Il a une très bonne énergie", soutient TyTy Washington, _"mais parfois, c'est normal d'être un peu en colère. Alors, je fais de mon mieux pour le malmener, essayer de lui faire des blagues._Rien de tout cela ne fonctionne. Il sera toujours Oscar."

Tshiebwe apprécie la reconnaissance, mais dit qu'il est venu à Lexington avec l'objectif de gagner un championnat. Les Wildcats n'ont pas réussi à remporter le tournoi de la SEC, alors leur attention se porte maintenant sur les NCAA. Kentucky débute jeudi soir contre St. Peter's (19-11), 15ème tête de série, à Indianapolis.  _"Les gens que nous allons affronter, ça va être la guerre", _clame Oscar Tshiebwe. "Je ne dis pas que ça va être facile pour moi ; ça va être une guerre pour nous deux".

Voir plus